Un rêve couleur de nuit, par Sophie Nicholls : ma sorcière mal-aimée ?

Le réalisme magique a le vent en poupe et c’est indubitablement dans cette catégorie que tombe Un rêve couleur de nuit, qui m’est parvenu en e-book grâce à Netgalley et l’aimable autorisation des éditions Préludes.

J’ignorais à la réception que ce livre était en réalité la suite du premier roman d’Une robe couleur de vent, le premier roman de Sophie Nicholls, mais ce n’est pas gênant à la lecture. On y retrouve visiblement les principaux protagonistes féminins, des années plus tard.

Malheureusement, j’ai peiné à m’investir émotionnellement dans leurs problèmes : la peur de la rupture ou de l’adultère sont-elles bien des causes nécessitant l’intervention du surnaturel ? Intervention qui se manifeste d’ailleurs uniquement par des rêves, des visions, des rituels magiques au début de chaque chapitre, mais qui ne semble pas tant que cela faire évoluer l’intrigue.

Quant à “l’amitié” entre Ella et Bryony, elle apparaît de façon un peu artificielle. Une attraction qui s’exerce malgré elles, peu d’atomes crochus en dehors de leur sensibilité aux “signaux” (sortes d’intuitions qui leur apparaissent sous forme d’auras colorées, mais qui ne semblent pourtant pas les guider dans leurs actions), et au final, elles ne s’entraident pas concrètement.

Enfin, les personnages masculins manquent un peu de relief : soit partenaires exemplaires, trop parfaits pour être crédibles, soit compagnon ou père envahissants et abusifs. En dehors de la mère d’Ella et de son arrière-grand-mère, mues par leur envie de protéger leur famille, les motivations de chacun des protagonistes restent floues.

Je reconnais néanmoins deux belles qualités à ce roman :

  • il a le mérite de ne pas faire l’apologie de la maternité comme la seule expérience par laquelle une femme peut s’épanouir et se réaliser
  • et son auteure s’efforce visiblement de faire appel à tous les sens dans son écriture !

Hélas, cet effort se traduit par de nombreuses descriptions fortement détaillées qui n’ont pas réussi à m’emporter tant elles ralentissent le rythme de l’histoire. Je ne suis pas sûre, donc, de donner sa chance à la suite ou le spin-off que je pressens à cet opus.

Ne vous en tenez pas qu’à mon opinion cela dit, j’ai lu des critiques qui différaient radicalement de la mienne sur d’autres blogs ou même sur Netgalley !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

Pourquoi nous dormons, par le Dr Matthew Walker : réhabiliter le sommeil

Quand un homme d’Etat que je ne citerai pas se vante de ne dormir que …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :