The big C (comme Coup de coeur)

THE BIG CEt s’il ne vous restait que quelques mois à vivre, que feriez-vous ? Cathy Jamison vient de se découvrir un cancer. Une excellente raison de faire une blague macabre à son fils, de payer une de ses élèves pour la motiver à faire un régime, de se faire épiler à la cire au niveau de la salle de jeux, et pour organiser l’évasion d’un homard. Accessoirement, elle décide également de cacher à ses proches (un fils ingrat, un mari égoïste et un frère qui pousse à l’extrême son engagement écologique au point de vivre en SDF) qu’elle est mourante.

The Big C en est à sa quatrième saison, et pourtant la série (qui a tout de même valu un Golden Globe à l’épatante, la rayonnante Laura Linney dans le rôle principal) n’a à mon sens pas connu l’exposition médiatique que son potentiel aurait mérité en France. J’ai regardé presque d’une traite la saison 1 dont on nous a généreusement offert le coffret aux derniers HIMYB awards, pour osciller constamment entre le rire et les larmes jusqu’au bouquet final de sanglots (votre dévouée blogueuse est une pleurnicheuse assumée).

big c

Qu’on ne se méprenne pas néanmoins : The Big C n’appuie pas plus qu’il ne le faudrait sur la corde très sensible du cancer (on a tous perdu, ou redouté de perdre, quelqu’un qu’on aimait pour cette saloperie, moi la première) pour verser dans le mélo larmoyant. Il serait trop facile de s’apitoyer sur le sort de l’héroïne, or si on s’attache à elle, c’est précisément parce qu’elle n’est pas seulement une victime : elle commet des erreurs, elle blesse son entourage, elle est humaine en somme !

Ce juste milieu entre l’humour et l’émotion est permis par un casting “mais où ai-je déjà vu cet acteur ?” de premier choix, du jeune Gabriel Basso vu dans Super 8, à Cynthia Nixon (il y a une vie après Sex and the City), en passant par Idris Elba (dont la rumeur murmurait qu’il serait le prochain James Bond).

Mention spéciale à Reid “croque-moi tout cru avec juste un peu de sel” Scott, qui surpasse largement ce grand niais de Dr Mamour et Georges Clooney en matière de regard de chiot battu, a supplanté le jusqu’à présent indétrônable Dr Carter dans mon petit coeur tendre, et est l’équivalent brun d’un McSteamy. Je suis prête à en débattre avec toutes les amatrices de séries médicales qui trouveront à grand peine les arguments pour répondre à cette photo.

reid scott

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

Walt Disney, la biographie par Neal Gabler

Une des raisons pour lesquelles vous me lisez moins fréquemment sur ce blog, c’est parce …

7 commentaires

  1. Merci pour la découverte, je ne connaissais pas du tout !
    Chibi Articles récents…Aroma-Zone: Butin de mai ☼My Profile

  2. Cette lecture m’a semblé trop courte, un grand merci pour le bon moment passé avec vous.

  3. Merci tout plein, tout plein !

  4. Je vous felicite, c’est un plaisir de vous suivre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :