Un cerveau sain dans un monde toxique, par John Gray

Je suis depuis quelques années convaincue qu’on sous-estime complètement l’importance de la nutrition dans la médecine occidentale moderne.

Je suis toujours en quête d’informations sérieuses sur les aliments qui peuvent nous nuire ou avoir un impact positif sur notre santé : c’est ce qui m’a attirée vers Un cerveau sain dans un monde toxique, d’autant plus que j’ai dans ma famille des antécédents de la maladie d’Alzheimer et suis moi-même victime de troubles neurologiques encore mal expliqués et traités de façon approximative.

Le mini musée du Gentil Garçon à l'exposition "L'inconnu me dévore" du Palais Dobrée, à Nantes
Le mini musée du Gentil Garçon à l’exposition “L’inconnu me dévore” du Palais Dobrée, à Nantes

L’auteur : John Gray

john-grayJohn Gray est l’auteur du best-seller mondialement connu : Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus.

Conseiller en relations de couple, c’est sa propre façon de soigner sa maladie de Parkinson et les troubles déficitaires de l’attention qui l’a amené à publier un ouvrage visant à dénoncer les causes modernes de perturbation cérébrales, et à tenter d’y apporter une solution non médicamenteuse.

Dans ce livre, nous allons nous pencher sur le stress oxydatif causé par les polluants environnementaux, par les médicaments, par les carences nutritionnelles et les allergies alimentaires.

A qui s’adresse Un cerveau sain dans un monde toxique ?

cerveau-sain-monde-toxique-john-grayEn priorité, aux parents d’enfants atteints de troubles déficitaires de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Néanmoins, il sera également utile aux femmes enceintes qui seront alertées sur le possible impact de certains actes de la vie courante sur le développement cérébral de leur enfant, aux adultes atteints de TDAH ou de maladies cérébrales, et de manière générale, à toute personne souhaitant optimiser son potentiel cérébral.

En effet, John Gray souligne les effets bénéfiques de ses méthodes (d’une alimentation équilibrée supplémentée de compléments alimentaires à la pratique régulière d’une activité physique en passant par la thermothérapie) sur de nombreux plans : vie sexuelle et affective, concentration…

On pourrait s’attendre à une approche très “développement personnel” quand on connait le parcours de l’auteur, et l’ouvrage ne manque pas d’allusions régulières au site marsvenus.com, mais les annexes du livre fourmillent de références scientifiques sérieuses (agrémentées de QR codes pour qui souhaite creuser le sujet). On saluera aussi le bel effort d’adaptation au public français dans la traduction de Catherine Marx.

Verdict ?

Un livre qui ouvre efficacement les yeux sur des éléments de notre quotidien susceptibles d’amoindrir nos performances cérébrales : le stress et la sédentarité étaient déjà pointés du doigt, mais pour ma part, la neurotoxicité du glutamate monosodique (un exhausteur de goût souvent présent dans les plats asiatiques, mais pas que) ou les méfaits du paracétamol, entre autres, m’étaient inconnus.

Une frustration principale de mon côté : les autres formes de traitement et d’amélioration des performances du cerveau ne sont abordées que superficiellement. Il semblerait que ce volet soit l’objet d’un prochain ouvrage.

Enfin, les compléments alimentaires proposés sont autant de nouvelles pistes à explorer mais les programmes proposés peuvent effrayer quelque peu : ça en fait, des cachetons à avaler ! On peut néanmoins choisir d’y faire son tri en fonction de ses propres besoins.

Merci à Babelio et aux Editions de l’éveil qui m’ont adressé cet ouvrage dans le cadre de la dernière opération Masse Critique !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

Passer une bonne journée au bureau, c’est possible, par Caroline Webb

Dans ma jeune carrière, j’ai toujours travaillé comme community manager. En revanche, j’ai exercé mes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :