Dominique Loreau et moi : simplicité, japonisme et listes en tous genres

J’ai dans ma bibliothèque plusieurs ouvrages de Dominique Loreau, dont L’art des Listes, une de mes bibles personnelles. Il est tout à fait scandaleux que je ne lui aie pas encore consacré un article : ses livres sont du genre qui vous marquent profondément et vous poussent à changer votre vie en profondeur.

Dominique Loreau (2)
Qui est Dominique Loreau ?

dominique loreauNée à la fin des années 50, Dominique Loreau a passé une grande partie de sa vie au Japon dont elle admire entre autres la littérature, le sens de l’esthétique épuré au maximum et le respect des détails.
C’est principalement dans la culture japonaise qu’elle puise l’inspiration pour ses guides de vie pratique adaptés au mode de vie occidental.

L’art des listes

C’est par ce petit bouquin pour moins de 6 € aux éditions Marabout (dont je ne vanterai jamais assez les formats pratiques et bien pensés) que je me suis initiée au credo de Dominique Loreau : simplifier sa vie matérielle, c’est enrichir sa vie intérieure.

Fortement influencée par Sei Shōnagon (femme de lettres du XIe siècle dont les Notes de chevet font partie des classiques japonais), c’est dans les listes qu’elle voit l’outil d’organisation ultime. J’ai annoté mon exemplaire de L’art des listes partout tant il est riche en idées permettant de mieux gérer son temps, mais aussi de mieux se connaître et de remettre du sens dans sa vie.

Dans le même genre, j’ai également lu L’art de la simplicité, moins ludique, mais regorgeant de conseils pratiques pour se faciliter la vie dans de nombreux domaines. Si le mouvement minimaliste vous intrigue, c’est un must read !

L’infiniment peu

L’infiniment peu est un tout petit bouquin qui se glisse facilement dans une poche ou un sac à main, et qui comprend un concentré de sagesse à emporter. Si Manny avait trouvé ce livre en lieu et place du Little book of calm, ça aurait changé toute la série (points bonus si tu captes la référence. Sinon, se référer à cet article sur les séries anglaises incontournables.)

On retrouve toujours les citations chères à Dominique Loreau, mais ce n’est pas redondant avec L’art des Listes.

Aimer la pluie, aimer la vie

Avis aux Parisiens ou aux éventuels expatriés à Londres qui me lisent : voici un livre qui va vous apprendre à apprécier le climat local.

Le tout, à grand renfort de haïku dont l’auteure est friande, d’extraits littéraires et de poésies.

Moins pragmatique, Aimer la pluie, aimer la vie est presque un traité philosophique, très contemplatif, qui se savoure… Un jour pluvieux, évidemment.

Chaque pluie nous rappelle que nous ne sommes pas éternels et que nous devons apprécier notre existence « sans en perdre une goutte ». Arriver à suspendre le temps, goûter l’impermanence, entrer dans un monde entre rêve et réalité, accepter avec humilité l’univers et son mystère, voilà à quoi la pluie nous invite. Panorama infiniment répété et apparemment semblable, la pluie est un exercice de méditation, une présence au monde.

99 objets nécessaires et suffisants

Dans un format très différent sur papier glacé, 99 objets nécessaires et suffisants recense (comme son nom l’indique) les indispensables de Dominique Loreau (vêtements, ustensiles, loisirs, ménage…), et leur photo. C’est subjectif bien sûr et chacun voit midi à sa porte, mais c’est une belle base pour créer sa propre liste et désencombrer son propre intérieur du superflu.

L’objectif n’a pas changé : vivre plus simplement afin d’avoir plus de temps pour se concentrer sur l’essentiel. C’est aussi un bel hommage aux objets du quotidien qu’il s’agit de sélectionner avec soin pour qu’ils nous accompagnent fidèlement et dont il est important d’apprécier la qualité pour s’épanouir dans la frugalité !

  • Je ne suis pour ma part pas tout à fait minimaliste mais je m’efforce en tout cas de réduire mes achats en prenant le temps de réfléchir à l’utilité que j’en aurai réellement, et croyez-moi, c’est fou ce qu’on économise !
  • Pour approfondir le sujet, vous pouvez lire les blogs Maman minimaliste et La cabane de Moe !
Un petit commentaire ?
Pourriez-vous vivre avec seulement 99 objets ? De quoi ne pourriez-vous pas vous passer ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

Pourquoi je n’ai pas écrit de film sur Sitting Bull, par Claire Barré

Pour apprécier pleinement le livre dont je m’apprête à vous parler, il n’est pas nécessaire …

3 commentaires

  1. Bonsoir,
    j’aime beaucoup cette auteure également.
    Merci pour ton article, j’aime beaucoup ta façon de rédiger. C’est un plaisir de te lire.
    Connais-tu le livre S’organiser pour réussir – la technique Getting Things Done ?
    C’est une façon différente d’aborder les choses, et on peut faire se rejoindre les versions “féminisées” et “masculinisées” des techniques d’organisation pour obtenir quelque chose de plus complet.
    (Je dis cela parce que DL parle au féminin et que la féministe en moi hurle intérieurement, même si je l’adore, et idem pour la technique GTD qui s’adresse… à des requins mâles en puissance… ou le genrisme de l’organisation !)
    Au plaisir de te lire,
    Florence

    • J’ai beaucoup entendu parler de Getting things done (d’ailleurs, il me semble que Dominique Loreau elle-même en parle dans un de ses livres), mais je ne l’ai pas encore lu (de même que La semaine de 4h qui est un “classique” du genre semble-t-il).
      C’est vrai que Dominique Loreau a beaucoup tendance à s’adresser principalement aux femmes. Je vois bien ce que tu veux dire par une vision “genrée” de l’organisation : on s’organise pour mieux s’épanouir et tout concilier quand on est femme, tandis que les hommes utiliseront plutôt des techniques visant à les rendre plus “performants”… Die empty que j’avais chroniqué récemment avait le mérite de ne pas trop tomber dans ce travers !

  2. C’est très inspirant comme démarche et prouve encore une fois que “less is more” !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :