Attachments, Fangirl et Eleanor & Park : Rainbow Rowell, romancière atypique

RainbowRowellPrise quelque part entre la chick lit et la littérature “young adult”, Rainbow Rowell a une plume qui vaut bien qu’on dépasse les préjugés attachés à ces genres.

Capable de faire s’animer des personnages adolescents comme des trentenaires, elle a le mérite d’aborder des thèmes délicats tels que le racisme ordinaire, la violence conjugale, la pauvreté ou le harcèlement scolaire, et donne à des héros des caractères tout en nuances, loin des stéréotypes qu’on retrouve trop souvent dans les romances.

Par-dessus le marché, Rainbow Rowell a le don d’égrener au fil de ses pages des références bien choisies à ses lectures, à la musique et aux séries télé.

A la recherche d’ebooks peu coûteux, j’ai commencé par dévorer Fangirl, que j’ai tant aimé que je me suis empressée de lire deux autres de ses livres, à savoir Attachments et Eleanor & Park, tous lus en anglais (occupons une parenthèse par une brève remarque sur le prix scandaleusement plus élevé des ebooks en français, et aussi sur la beauté des couvertures anglo-saxonnes quand les efforts créatifs sont réduits au strict minimum chez nous.).

Attachments Rainbow Rowell

Attachments

Auteur :Rainbow Rowell
Editeur : Penguin publishing group
Publié le : 27 mars 2012
Genres : Romance
Pages : 336

2.5

Synopsis
Le redouté bug de l’an 2000 approchant, Lincoln a la trentaine, a réaménagé chez sa mère après des études à rallonge et travaille dans un journal où il est chargé de contrôler les e-mails des autres employés. Il s’éprend de Beth, chroniqueuse de films, au travers de ses échanges avec une collègue…

Je voulais très fort m’attacher à une héroïne qui a un faible pour Ben Affleck et un personnage principal masculin qui ressemble à Jason Bateman. Malheureusement, malgré tout le potentiel de cette intrigue peu conventionnelle, j’ai passé 75% du livre à lever les yeux au ciel en espérant que ce fils à maman se découvre enfin une volonté propre sans avoir besoin qu’elle lui soit dictée par une femme.

Eleanor-and-Park Rainbow RowellEleanor & Park

Auteur :Rainbow Rowell
Editeur : St. Martin’s Press
Publié le : 26 février 2013
Genres : Romance, Young adult
Pages : 336

3.5

Synopsis
Eleanor vient d’une famille nombreuse et peu fortunée qui compose tant bien que mal avec un beau-père violent et les brimades qu’elle subit au lycée. Park quant à lui, est l’aîné d’une famille aimante qui se fait discret pour éviter de trop être stigmatisé par ses camarades en raison ses origines coréennes. Lorsqu’elle s’assied près de lui dans le bus, il voit donc d’un mauvais œil l’arrivée de cette rouquine mal fagotée et un peu ronde, mais ils finiront par se lier autour d’un intérêt commun pour la musique et les comics…

J’avais énormément entendu parler d’Eleanor and Park, et en bien. Et pour cause : une histoire de premier amour touchante à la Roméo & Juliette du XXe siècle, en plus réaliste, qui mette en scène des antihéros convaincants grâce à leurs faiblesses. L’alternance des voix m’a quelque peu perturbée, mais il semblerait que d’autres lecteurs l’aient beaucoup mieux acceptée.

Fangirl-Rainbow-RowellFangirl

Auteur :Rainbow Rowell
Editeur : St. Martin’s Press
Publié le : 10 septembre 2013
Genres : Romance, Young adult
Pages : 433

4.5

Synopsis
Cath et Wren quittent la maison de leur père, publicitaire surmené, pour l’université où elles doivent apprendre à partager leur chambre avec quelqu’un d’autre que leur sœur. Pour Wren, c’est une libération ; pour Cath, il est beaucoup plus difficile de socialiser avec toutes ces nouvelles têtes et d’accepter les velléités d’indépendance de sa jumelle. Elle se réfugie dans la fanfiction qu’elle écrit sur un apprenti sorcier, qui rencontre un certain succès sur internet…

J’ai gardé le meilleur pour la fin. Bien rythmé, regorgeant de personnages complexes et assaisonné de pincées d’auto-dérision, ce bouquin-là m’a fait vivre mes 18 ans à nouveau (en mieux) et des fourmillements dans l’estomac que je n’avais pas ressentis depuis, fichtre, 10 ans donc.

J’ai redécouvert le plaisir coupable de lire trop tard parce qu’on ne peut plus lâcher un livre, et je ne m’attendais pas à ce que cela m’arrive avec l’histoire d’une jeune femme asociale qui se complaît dans la fanfic yaoi d’un univers librement inspiré de la saga Harry Potter.

Seule la conclusion m’a un peu laissée un peu sur ma faim. Qui plus est, j’appréciais beaucoup les questionnements sur l’écriture et la difficulté à créer des personnages ou un univers de fiction bien à soi, et j’attends encore leur résolution…

Me reste encore à lire Landline (titre français : A un fil), mais je me demande si l’auteure n’est pas à son meilleur niveau lorsque ses héros sont adolescents…

Petit bonus : Rainbow Rowell tient un blog dans lequel elle développe les motivations qui l’ont amenée à construire ses personnages tels qu’ils sont ou propose des playlists avec ses inspirations musicales et les morceaux favoris de ses personnages.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

Comment et pourquoi faire une mini-sieste, par des neurologues spécialistes du sommeil

Si vous vous demandiez où j’étais tout ce temps, la réponse est sur ma page …

4 commentaires

  1. Ok ça marche, je vais me procurer Fan Girl! 😀 Il n’était pas encore sur ma wishlist, c’est l’occasion.
    J’ai bien aimé Eleanor and Park pour ma part mais la fin m’a un peu déçue…
    Chibi Articles récents…Putain, comme j’aime mon métier !My Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :