Northanger Abbey – Jane Austen

Un grand bond en avant vers le début de l’alphabet, avec le Northanger Abbey de Jane Austen.Si vous vous attendez à un éloge dithyrambique de l’auteure comme on en trouve de nombreux sur la blogosphère, je crois que vous allez être surpris : je ne suis pas une fanatique de Jane Austen. J’ai mis du temps à me l’avouer.Peut-être que si je continue néanmoins à lire ses oeuvres, c’est justement parce que nombre de blogueuses dont j’estime beaucoup l’avis l’ont tellement vantée que je culpabilise de ne pas trouver dans ses romans le même intérêt, alors je persévère.

Je crois que si j’avais dû avoir la révélation, ce serait passé par Northanger Abbey, qui est des livres de Jane Austen celui que j’ai préféré.

L’histoire est celle d’une jeune fille de la campagne naïve et férue de romans noirs, Catherine Morland, qui découvre la société de Bath, ville de bains anglaise où la vie n’est qu’une succession de bals. C’est là qu’elle va faire l’apprentissage des sentiments amoureux, et surtout comprendre que la vie n’est pas faite de rebondissements et d’horreurs telles qu’elle aime en trouver dans ses romans.

Catherine est mille fois plus attachante qu’Emma, et je préfère également Mr. Tilney au fameux Darcy d’Orgueil et préjugés. Mais si j’apprécie que Northanger Abbey ne comporte pas les mêmes longueurs laborieuses que les autres romans de Jane Austen, paradoxalement, je trouve que la fin est bâclée…

Ce que je retiendrai de Northanger Abbey, ce sont ses références à moult romans anglais qui, paraît-il, sont des must-read du point de vue de leur influence sur la littérature anglo-saxonne ultérieure. Je me demande d’ailleurs si je ne vais pas proclamer Les mystères d’Udolphe, d’Ann Radcliffe, roman officiel pour la lettre R de mon challenge ABC !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

Comment et pourquoi faire une mini-sieste, par des neurologues spécialistes du sommeil

Si vous vous demandiez où j’étais tout ce temps, la réponse est sur ma page …

3 commentaires

  1. .g entendu dire que c’était l’écrivain la/le plus aimée d’angleterre !

    .

  2. Ah mais Emma est super chiante. D’ailleurs ça doit faire 300 ans que je n’ai pas relu le livre. C’est pas grave si tu n’aimes pas trop, tu bruleras juste dans les flammes de l’enfer si un jour on s’aperçoit enfin que Dieu est une femme et que Je suis cette femme.

    Tilney est aussi mon gentleman préféré, je le trouve trop drôle et j’adore la façon dont il se moque de Catherine.

  3. Même si Orgueil et Préjugés reste mon Austen préféré, Northangey Abbey vient juste après ! Je le trouve beaucoup plus drôle, plus enlevé, plus acide que les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :