Cher facteur presse le pas, car le blog n’attend pas

Sur l’invitation gracieusement envoyée par Overblog, il y avait écrit “Métro Montparnasse, sortie place Bienvenue”.
S’il vous prenait l’envie, après avoir lu ce billet, de visiter l’exposition “D’Hermès au SMS, la saga du message” au musée de la Poste à Paris, votre dévouée blogueuse tient à ce que vous le fassiez dans les meilleures conditions qui soient. A savoir, que vous évitiez, comme elle, de faire 3 fois le tour du quartier, dont l’intérêt touristique est assez limité.Donc non, si vous passez devant un autre arrêt de métro, ce n’est pas que les responsables de la communication du musée de la poste ignoraient qu’il y avait un arrêt plus proche : c’est VOUS qui vous êtes planté. Si, si.

Il est donc préférable de ne pas partir à droite, jusqu’à vous rendre compte au niveau de l’hôpital Necker (oui, je suis vraiment allée très loin dans l’erreur) que non seulement vous êtes dans le mauvais sens, mais qu’en plus si vous aviez regardé les numéros des bâtiments un poil plus tôt vous n’auriez pas passé un quart d’heure à remonter la rue en sens inverse. Tout cela pour finir, après vous être faite siffler par tous les élèves des lycées professionnels du coin, par vous rendre compte que vous avez confondu la rue de Vaugirard et le BOULEVARD de Vaugirard.

Je ne jouerai plus jamais au Monopoly.

Fort heureusement, votre dévouée blogueuse compense son sens de l’orientation (à supposer qu’elle en soit dotée) désastreux par une grande curiosité.
Elle a donc vivement apprécié l’exposition dans laquelle elle a fini par atterrir après moult péripéties.

sagamessage

Où elle a testé la réalité augmentée malgré elle (c’est à dire qu’elle est passée devant un écran où elle se voyait filmée, et s’est aperçue que la carte qu’on lui avait donné à l’entrée y apparaissait en relief. Puis elle a passé un quart d’heure à essayer de reproduire l’expérience volontairement et à un moment où elle serait plus attentive. En vain. Parce qu’en plus elle n’est pas douée).

Où elle a été vivement impressionnée par une lettre jetée d’un convoi par une déportée en 1944, qui concluait ce qui a peut-être été sa dernière lettre par une touche d’humour et ne perdait pas espoir d’une victoire prochaine : “Ce qui est chic, c’est que je vais voyager en Allemagne gratuitement. VIVE LA FRANCE, on les aura !”
Si ce n’est pas du courage !

Où elle a également apprécié le talent des mail-artists ou encore du poète Mallarmé, qui écrivait les adresses en quatrains :

Sans t’étendre dans l’herbe verte
Naïf distributeur, mets-y
Du tien, cours chez Madame Berthe
Manet, par Meulan, à Mézy.
Où, enfin, elle a appris toute l’histoire, tantôt dramatique, tantôt amusante, mais toujours intéressante, du mode de transmission des messages depuis l’ancêtre du télégraphe chez les Grecs de l’Antiquité, jusqu’au possibilités qui s’ouvrent à l’avenir avec internet et les technologies mobiles.Bref, c’est captivant pour toute personne s’intéressant aux trésors d’ingéniosité développés par toutes les civilisations du Monde pour communiquer au mépris de la distance ou de la censure. Bonus : c’est ludique et très bien construit. Courez-y, mais ne vous perdez pas.

La saga du message vue par Artscape

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

monde flottant alan spence thomas glover

Le monde flottant, par Alan Spence : un gaijin écossais à la conquête du Japon des samouraïs

C’est un beau livre dont l’intrigue se place quelque part entre le roman d’aventures, l’épopée …

4 commentaires

  1. Tu m’as donné très envie de voir cette expo! J’espère pouvoir y aller la prochaine fois que je retourne à Paris.

  2. Ben alors, plus rien ne se passe ici ?

    • C’est vrai que c’est un peu mort, en ce moment ^^’
      Mais je viens d’entamer un stage dans lequel je m’investis beaucoup, et le temps de m’habituer à mon nouveau rythme de vie, je ralentis un peu mon activité sur ce blog !
      Mon twitter est un peu plus animé : twitter.com/TwitEscape
      En attendant que je revienne sur ce blog ! (et avec du lourd, promis)

%d blogueurs aiment cette page :