Gump & Cie, par Winston Groom : Forrest Gump redevient héros de roman

Confession : je n’ai pas lu la première partie des aventures de Forrest Gump. Comme beaucoup, j’ai d’abord vu le film (qui a fait du roman dont il était adapté un best-seller, même si son auteur n’a pas reçu une rémunération à la hauteur de son succès), et fort tard dans ma vie qui plus est.

Cette suite elle aussi nous arrive tardivement en France puisqu’elle a été publiée pour la première fois en 1995. C’est aux éditions du Cherche-Midi et à Netgalley que je dois sa découverte.

Si vous êtes dans le même cas de figure que moi, vous aurez l’impression que votre lecture démarre un peu avant la fin du film. Tout s’effondre dans la vie de Forrest Gump qui doit, en plus de sa propre subsistance, financer l’éducation de son fils… Et tâcher de gagner son admiration. Mais il n’a pas fini de rencontrer les grands (?) de ce monde aussi bien que de retrouver ceux qui ont déjà croisé sa route auparavant (le Lieutenant Dan, le Sergent Kranz…) et d’impacter bien malgré lui l’Histoire.

La narration est à la première personne, ce qui fait de Gump & Cie une lecture amusante et très digeste, au ton léger et familier malgré les thèmes graves que le roman aborde. Le principal étant l’absurdité de la guerre que son auteur, vétéran du Vietnam, dénonce dans la majorité de ses livres.

Véritable Candide du XIXe siècle, le personnage de Forrest Gump nous invite à remettre en question l’autorité (dans l’Armée bien sûr, mais aussi l’autorité étatique, la hiérarchie dans l’entreprise, ou encore l’autorité parentale) et notre définition de la bêtise. Se trouve-t-elle seulement dans l’ignorance ou la naïveté, ou est-elle bien plus forte et dommageable quand elle rime avec cupidité et égoïsme ? Une vraie fable des temps modernes.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

I still get chills! par Alex Jakubowski et Lois Lammerhuber

J’ai comme vous commencez à le savoir un bon nombre de passions dont je fais …

Un commentaire

  1. Un peu de candeur dans ce monde de brutes… Si j’ai adoré le film, en revanche je ne suis pas sûre de pouvoir me lancer dans la lecture de la suite des aventures du pauvre Forest ! Même si l’analyse que tu en fais, et la remise en question qui semble émaner de ce bouquin sont plutôt tentants… A voir 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :