De l’intérêt de Pokemon Go pour le tourisme

Quand j’étais collégienne, j’avais deux fiertés : être la première à avoir fini Pokemon rouge, et avoir un Mewtwo niveau 100. Mon rêve : avoir ma fidèle équipe à mes côtés dans la vie.

Plus de 15 ans plus tard (ouille), c’est presque une réalité : je peux chasser le Pokemon dans mon quartier avec mon téléphone, ça s’appelle Pokemon Go, et je vous préviens, c’est addictif.

publicite st raphael pokemon go

3 bonnes excuses raisons pour jouer à Pokemon Go à l’âge adulte

  • C’est un excellent moyen de (re)découvrir une ville : les Pokestops, emplacements géolocalisés cachant des Pokeballs, potions et autres objets utiles dans le jeu, vous invitent à rechercher des éléments urbains qui ne vous auraient pas forcément interpellé sans cela. Plaques commémoratives, ornements muraux, vestiges d’une époque révolue et curiosités locales, votre ville n’aura plus de secret pour vous ! Et en voyage, c’est un moyen plutôt sympathiques d’explorer un nouveau coin et de se laisser surprendre…
  • L’avènement du Pokemon-dating est proche, je vous le prédis : le jeu est extrêmement social. Des arènes défendues par trois équipes que vous êtes invités à rejoindre dès le niveau 5 aux appâts lancés sur une zone qui bénéficient à tous les dresseurs des environs, tout est fait pour que les joueurs se retrouvent, partagent leurs bons plans… Alors bien sûr, il y a des risques et des dérives. Mais comme pour internet, il faut voir aussi les belles rencontres et les bons moments qui n’auraient pas existé sans !
  • Pokemon Go vous incite à faire de l’exercice !

pokemon go pokestop

Quelques conseils pour débuter sur Pokemon Go

Module leurre pokemon goLe jeu est assez chiche en explication quand on commence. Voici quelques astuces tirées de mes premières expériences :

  1. Pensez à emporter une batterie de secours quand vous partez explorer les alentours : c’est fou ce que l’application consomme. Il paraît qu’un gadget va sortir qui permettra de jouer sans avoir son écran à surveiller en permanence. D’ici là, on sera tous addicts : on nous aura bien eus.
  2. Mutualisez vos ressources (batterie, module leurre qui attire les Pokemons) avec d’autres utilisateurs. Si vous attrapez un Pokemon dans une zone particulière, cela n’empêchera pas les dresseurs qui vous entourent de tomber dessus eux aussi !
  3. Transférez vos Pokemons en double les plus faibles au Professeur : il vous donnera des bonbons avec lesquels vous pourrez faire évoluer vos Pokemons plus puissants.
  4. Il arrive de trouver des œufs sur les Pokestops. Or, vous ne pouvez en transporter que neuf à la fois. D’entrée de jeu, vous avez sur vous un incubateur au nombre d’utilisations illimité, si vous avez de la chance, vous trouverez peut-être aux Pokestops des incubateurs à utilisations limitées. Une astuce pour optimiser l’espace dans votre sac à dos : incubez en priorité les œufs pour lesquels il ne vous faudra pas marcher beaucoup pour qu’ils éclosent, afin de libérer de la place pour vos autres trouvailles !
Le cercle des Pokemaniaques anonymes
Qui est déjà accro ? A vos commentaires pour échanger questions et conseils !
Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

#YCL9 : pensez comme un Pokemon !

Ce week-end, Pokemon avait vingt ans. Pokemon a 20 ans. En tant que membre de …

8 commentaires

  1. Je vais changer de téléphone en aout. J’ai hâte de pouvoir profiter pleinement de Pokemon Go ^^
    J’avoue que tout comme toi, j’étais à fond dedans quand j’étais petite. Il y a deux mois, j’ai même ressortie ma game boy et je me suis remise à y jouer. C’est tellement addictif ! 🙂

  2. C’est marrant comme tout le monde a l’air attiré par ce jeu, j’avais pourtant l’impression que c’était plus de la génération de mes petits frères (nés en 86 et 90) que la mienne (née n 83). J’ai fini par télécharger le jeu également et pour le moment je suis dubitative. A date, je lui préfère nettement Ingress, son grand frère, auquel je joue depuis un an. Tout aussi social, tout aussi favorable à la découverte (les portails Pokémon sont ceux d’Ingress), avec un jeu qui peut se décliner à plus grande échelle. C’est sûr qu’il lui manque le côté nostalgie que les anciens fans de Pokémon y trouvent sûrement, je m’imagine tout aussi excitée si un jeu basé sur Saint Seiya sortait 😉

  3. No way sérieux ? Faut que je m’y mette ! Genre absolument !

    • Attention, quand on commence on ne s’arrête plus 😀 (je constate le retard avec lequel je réponds à mes commentaires et j’ai HONTE, un peu comme pour les photos du Filofax que j’oublie régulièrement… #debordee)

  4. Pokémon Go, ou comment j’ai découvert que Lénine habitait deux rues à côté de chez moi en chassant un Ratata.

  5. Mes enfants m’en parlent et ça me fait bien rire ce truc. Désolée je dis ce truc. Ce n’est pas mais pas du tout ma génération mais c’est trop drôle de voir les gens s’éclater. Je tenterai en vacances. Promis pas au volant comme certains ah ah ah

    • Moi c’est totalement ma génération, un peu comme Harry Potter : j’ai grandi avec, j’en suis nostalgique comme d’autres le sont du Club Dorothée ou des jouets de leur enfance 🙂 Finalement je vois plus souvent des gens de mon âge dans l’attitude typique du joueur de Pokemon go, tournant en rond dans les parcs en tapant frénétiquement sur leurs smartphones, que des gamins. On se reconnait en plus (oui j’ai conscience, c’est un poil pathétique :D)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :