Miss Hokusai, quand les estampes s’animent

Nul n’est besoin d’être un spécialiste des estampes pour connaître Hokusai, l’un si ce n’est le plus renommé des artistes japonais, mondialement connu pour sa série de vues du Mont Fuji, parmi lesquelles la fameuse vague géante menaçant un frêle esquif. En amatrice faiblement éclairée d’estampes japonaises, j’ai reconnu dans Miss Hokusai bien d’autres de ses oeuvres, contribuant à faire revivre le Japon à l’époque d’Edo dans lequel vivaient l’artiste et sa famille dont il est question dans le film.

Le film est une adaptation d’un manga publié dans les années 80 par Hinako Sugiura, historienne spécialisée dans le Japon de l’ère Edo, racontant l’histoire de la fille du maître de l’estampe. Katsushika O-Ei, notre héroïne, est donc un personnage ayant réellement existé. Artiste dotée d’un réel talent, elle a bel et bien assisté son père jusqu’à sa mort et le film aspire à la sortir de son ombre, tout en n’étant pas purement centré sur la biographie.

katsushika-oei
Scène de nuit dans le Yoshiwara, une des quelques œuvres attribuées à O-Ei, dont on peut reconnaître l’inspiration de l’une des scènes du film

La narration s’apparente beaucoup aux chapitres d’un manga, une succession de scénettes où s’enchaînent des touches de surnaturel (avec des histoires yokai, ces monstres du folklore japonais qui apportent plusieurs moments rythmés sans être le centre de l’intrigue), de nostalgie contemplative et de réflexions sur ce qui fait un bon artiste (principalement, sa capacité à percevoir ce qu’une personne trop terre-à-terre tendrait à ignorer… Ainsi que l’importance d’expérimenter la vie, d’être témoin de toutes sortes de scènes extraordinaires ou banales).

miss hokusai

Le tout est régulièrement accompagné de musique rock pour accentuer le caractère moderne de l’héroïne, ce qui peut déconcerter.

Est-ce que je vous conseillerais d’aller le voir, donc ? Surtout aux passionnés de dessin et de culture japonaise qui, je pense, seront les plus à même d’apprécier le film et ses détails soignés à leur juste valeur. Rapide introduction aux “images du monde flottant” (ukiyo-e en japonais) fortement recommandée pour les autres !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

Walt Disney, la biographie par Neal Gabler

Une des raisons pour lesquelles vous me lisez moins fréquemment sur ce blog, c’est parce …

2 commentaires

  1. J’ai beaucoup aimé aussi 😀

  2. c’est un tres bon film d’animation, ma note 8.5 sur 10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :