Je suis une blogueuse à liseuse

liseuse electronique

La liseuse électronique, c’est le genre d’objet dont vous ne saviez pas que vous en aviez désespérément besoin avant d’en avoir une.

On vous assènera que le numérique tue le papier, et que c’est teeellement plus agréable d’inspirer le parfum de l’encre, de feuilleter les pages, de passer des heures dans une boutique aux étagères chargées de savoir et d’imagination à s’arrêter sur un titre accrocheur, sur une couverture attractive, sur un coup de cœur du libraire.

Et c’est vrai que c’est un bonheur, qui ne s’est pas démenti depuis le temps où j’attendais à la bibliothèque, après les cours, que ma mère sorte du travail pour me ramener à la maison. Ma mère connaissait bien les bibliothécaires et leur avait dit de me laisser carte blanche sur le choix de mes lectures – que je n’avais pas forcément, du reste, sur ce que je pouvais regarder à la télévision, ce qui a peut-être contribué à mon statut de rat de bibliothèque. Je piochais à mon gré dans les étagères des adultes, avec une wild card du livre qui me permettait d’en emprunter autant qu’eux.

Le Kindle est, pour moi, devenu une nouvelle version de ma wild card du livre, et s’apparente à la même démarche qui fait que j’ai toujours un abonnement à la bibliothèque – sans les contraintes horaires. Un moyen de lire plus, qui ne se substitue pas à l’achat de livres, mais le complète.

Lire partout

J’aime posséder des livres, les exposer fièrement dans mon appartement, en particulier mes beaux livres sur les estampes ou le Japon, ou encore mes manga – surtout lorsqu’il s’agit d’une série dépassant la trentaine de tomes, dont je me régale d’autant plus de voir les tranches bien alignées que cela représente un investissement pécuniaire non négligeable.

Mais j’aime aussi lire durant ma pause déjeuner, ou dans le métro (du moins lorsque je n’ai pas de changement à effectuer, qui se traduit inévitablement par un arrêt manqué pour peu que ma lecture du moment soit captivante). Et l’on conviendra que les plus de 900 pages de Moby Dick pèsent dans un sac un poids digne du cétacé éponyme, qui m’incite peu à le transporter dans mes pérégrinations et donc ralentit considérablement mon rythme de lecture. Même à la maison, soulever ce vénérable pavé tient de l’exercice avec haltères qui fatigue les poignets comme l’œil. Il trône donc sur ma table de chevet depuis plusieurs semaines, et ce en dépit de mon envie de le poursuivre.

Dracula en revanche, malgré ses 500 pages, fut dévoré sur mon Kindle en l’espace d’un week-end – sans provoquer de tendinite à votre dévouée blogueuse.

Et si je finis un bouquin en plein déplacement, j’en ai dix derrière qui attendent d’être lus ; jamais en panne de lecture.

Des livres pour moins cher – voire gratuitement

J’achète des livres, donc, mais aussi des DVD, et plus rare encore : des CD. Je rechigne à pirater quoi que ce soit, d’où un budget  culture conséquent qui empiète tristement sur mon budget voyage.

Depuis que j’ai une liseuse, je suis devenue la plus fervente adepte du projet Gutenberg, de Wikisource et autres mines d’or regorgeant de e-books à télécharger gratuitement ET légalement puisque passés dans le domaine public ou sous licence libre. De quoi me nourrir de classiques à satiété !

Quel que soit leur format, je n’ai qu’à les convertir à l’aide de Calibre, un logiciel open source qui me permet ensuite de les envoyer directement à mon adresse mail Kindle pour que ma liseuse les télécharge avec sa connexion wifi : temps de recherche + conversion + envoi à ma liseuse : 15 minutes maximum. Temps dans les transports + stress du magasin bondé + passage en caisse + dépense pour un livre papier que j’aurais pu lire gratuitement = j’ai cessé de compter, la rentabilité de la liseuse est clairement établie.

Bonus : lire en version originale est devenu nettement plus facile.

Bref, j’embrasse fort les amis inspirés qui m’ont offert ma liseuse : elle ne me quitte plus, et je lui devais bien cet hommage !

Post blogum : au-delà du côté infiniment pratique du support numérique qui a contribué à l’exploit, rendons à Bram Stoker sa part du mérite, Dracula est ce que les anglo-saxons appellent un page-turner qui, contrairement à Belphégor, ne manque pas de style. LISEZ-LE. Sur liseuse ou sur papier, mais LISEZ-LE !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

monde flottant alan spence thomas glover

Le monde flottant, par Alan Spence : un gaijin écossais à la conquête du Japon des samouraïs

C’est un beau livre dont l’intrigue se place quelque part entre le roman d’aventures, l’épopée …

6 commentaires

  1. Aaah, j’adore toujours tes billets, ils sont si bien écrits 🙂 Pour ma part, je suis aussi perfusée à la liseuse numérique ! (même si, actuellement, je dois la délaisser afin de terminer un maximum de livres papier “en attente” avant mon futur départ pour la Hongrie).
    Bisous la belle ! 🙂
    Ophélie Feedbackbaby Articles récents…Miss Pas Touche, de Hubert & Kerascoët. Ou l’histoire de la fille de joie qui voulait rester vierge.My Profile

  2. Blogueuse à liseuse au rapport !
    Comme toi j’aime collectionner les livres, je peux me mettre à chouiner si je casse la tranche d’un livre ou pire, si j’abîme sa couverture. Et forcément, j’ai très souvent chouiné à force de transporter des livres dans mon sac… J’ai englouti énormément de livres depuis que j’ai la liseuse, et si le livre me plait énormément, je vais l’acheter en version papier pour le “posséder”.
    Beyondzewords Articles récents…Décoration de table / Noël 2013My Profile

  3. J’avoue parfois un peu de lassitude face à ma liseuse (qui est d’ailleurs souvent supplantée par l’ipad mini pour éviter de mettre deux appareils dans mon sac) qui reste de temps en temps deux mois sans s’allumer au profit de ma monstrueuse PAL. Mais c’est vrai que certains livres passent beaucoup mieux sous ce format, comme Anna Karenine qui me parait impossible à trimbaler 🙂
    estellecalim Articles récents…Fan de Sherlock !My Profile

  4. J’en ai reçu une pour Noël et je préfère encore les versions papier même si, j’avoue que c’est vraiment pratique pour découvrir des extraits, acheter des livres parfois moins chers voire même gratuitement. je dois encore prendre le temps de mieux gérer l’engin mais jusqu’à présent, c’est vraiment un beau cadeau =)
    Chibi Articles récents…2013 c’est fini, Youpi !My Profile

  5. Quel plaisir de sortir mon Kindle quand je vois les autres usagers du métro lire le 20 minutes. C’est léger et ça rentre même dans la poche (si l’on a de grandes poches).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :