Challenge Les coups de coeur de la blogosphère

C’est sur l’aimable invitation de Theoma, l’organisatrice en personne, que j’ai décidé de m’inscrire au challenge Les coups de coeur de la blogosphère.

Le principe est simple : choisir parmi la liste de coups de coeur proposés par d’autres blogueurs deux livres (ou plus, mais ma PAL, comme on dit dans la blogolivre, atteint déjà des hauteurs vertigineuses) à lire avant le 30 juin, et proposer à son tour son coup de coeur.

Mon choix s’est porté sur Le libraire par Régis de Sà Moreira, et le Club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guénassia (aimablement prêté par Faustine, dites merci à Faustine !).
Par une merveilleuse coïncidence, je n’ai pas encore lu d’auteurs dont les noms commencent par la lettre M ou la lettre G pour mon challenge ABC, j’en profite donc pour éjecter sans vergogne de ma liste les auteurs auxquels j’avais pensé dans un premier temps pour cumuler ces deux challenges. Et hop.

Et après longue réflexion, car Dieu sait s’il y en a, des livres qui ont fait battre mon coeur… S’il faut choisir, ce sera Les nuits blanches, de Dostoïevski. On ne présente plus l’auteur, pourtant je crois que Les nuits blanches font partie de ses oeuvres méconnues, et c’est bien dommage.

Les nuits blanches n’est ni un pavé, ni un grand roman psychologique à la russe plein de personnages torturés. Mais c’est une merveilleuse histoire d’amour, extrêmement touchante, dans le cadre somptueux et tellement romantique de Saint Pétersbourg… Que demander de plus ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

monde flottant alan spence thomas glover

Le monde flottant, par Alan Spence : un gaijin écossais à la conquête du Japon des samouraïs

C’est un beau livre dont l’intrigue se place quelque part entre le roman d’aventures, l’épopée …

16 commentaires

  1. Mais c’est génial ce défi! J’adore…

    • N’hésite pas à participer alors ! Je suis curieuse de voir quels coups de coeur tu choisiras (la liste est très, très longue, j’ai mis des jours à me décider après étude scrupuleuse des propositions 😉 )

  2. C’est qui Dostoievski? …

  3. Oh ! Le club des incorrigibles optimistes, je voulais absolument le lire !
    Mais bon, quand j’ai vu le prix du bouquin en broché, j’ai décidé d’attendre qu’il sorte en poche…

  4. La prochaine émission “Dans le texte” le magazine littéraire d’Arrêts sur Images sera consacré au Club des incorrigiles optimistes pour celles que ça pourrait intéresser (oui j’ai des actions chez Daniel Schneiderman et je n’ai pas honte)
    Sinon pour le moment ce livre me fait beaucoup trop penser à L’élégance du hérisson et à l’horrible déception que j’ai eu en le lisant.
    Puis j’ai toujours pas fini mon défi Blogotrésor (enfin j’ai fini le vrai défi mais pas mon challenge personnel) alors hein, ça attendra l’année prochaine et en plus moi j’ai pas été invitée :p

  5. Je viens d’aller faire un tour sur le blog de Theoma (d’ailleurs si je peux continuer à faire ma râleuse, le lien est pas direct, j’ai du tout naviguer dans son très joli blog) et je vais attendre le mois de décembre quand la liste sera quasi définitive pour faire mon choix. Sinon le livre que j’aurais voulu donner est déjà dans la liste, c’est trop nul !
    Mais je me ferais bien ton Dostoïevski même si je n’ai rien aimé dans ce que j’ai lu de lui jusqu’à présent.
    Je prendrais le second au pif, j’ai quand même eu pas mal de chance en faisant comme ça au Blogotrésor, j’ai adoré 75% des livres !

  6. Winnie, je suis bien désolée que ce livre t’ait déçu. Muriel Barbery n’a certainement pas les qualités littéraires de Proust (et ce n’est pas ce qu’on lui demandait) mais heureusement pour elle, elle raconte des histoires autres que du Nothomb ou du Musso (pour ne pas citer l’autre). Il ne fallait pas s’attendre à la 8ème merveille littéraire du monde, mais à un petit roman frais, à la saveur surannée, qui se lit rapidement certes, mais qui laisse un arrière-goût sucré. Le Club des Incorrigibles Optimistes est de ceux-là. Une sale guerre, un ado, du rock et des échecs, des clandestins et beaucoup d’amour, d’amitié et de respect. Ce roman n’est pas du niveau d’un Prix Goncourt (quoique quand on voit certains ouvrages qui l’ont reçu, on se pose bien des questions) mais c’est un (gros) bouquin sans prétention aucune, qui laisse un sentiment de légèreté une fois refermé.

    • Haaaa mais Faustine, on ne met pas au même rang Nothomb et Musso, ici. D’abord les histoires de Nothomb ont quelque chose de particulier, même si je préfère ses romans autobiographiques à ses trips “policiers aux personnages excentriques”. Ensuite elle a un style bien à elle. C’est même étonnant qu’elle fasse du grand public, ce qui est sans doute le principal reproche qu’on lui adresse. OK elle pond un bouquin à chaque rentrée littéraire… Mais personnellement, si j’avais une plume pareille, je voudrais en être capable !
      Bon, je sais qu’on a déjà eu ce débat, maiiiiiiiiiis il se trouve que j’ai songé à suggérer Ni d’Eve ni d’Adam comme coup de coeur, avant de penser que beaucoup de blogueurs avaient sans doute déjà lu “du Nothomb”, comme tu dis, et qu’un roman moins connu de Dostoïevski serait peut-être davantage une découverte pour ceux qui s’aviseraient de suivre mon coup de coeur 🙂 (et qui sont priés instamment de me donner leur avis, qu’ils participent au challenge ou pas !)

  7. Un libraire qui se respecte est un libraire qui ne peut pas piffrer Amélie Nothomb ^^’.
    J’en ai lu trois. Ce qui énerve, outre le roman de la rentrée pour pouvoir payer sa retraite (mais tant que ça marche, pourquoi ne pas continuer, je suis bien d’accord!), c’est aussi le personnage (exécrable)et la platitude de ses romans. Elle a dans certains ouvrages (mais pas dans ceux que j’ai lu apparemment!) un style fin et relevé mais, tout au long de son oeuvre, c’est très inégal et c’est peut-être aussi pour ça que les libraires enragent. Parce que bon, vendre un bouquin à 300 000 ex quand c’est mal écrit alors qu’il y a des petites pépites sublimes qui ne dépassent pas les 500 ventes… ça fout les boules.
    J’espère que Dostoievski recevra les honneurs qu’il mérite (du moins, je pense!)

    • Eh oui, mais moi je ne suis pas libraire (et quand bien même je le serais, ça ne m’empêcherait pas d’aimer Nothomb parce que je n’ai pas pour principe de régler mes goûts sur ce qu’on attend de moi).
      D’un autre côté, si tu n’aimes pas le Japon, ça te conditionne aussi pour ne pas aimer ses romans autobiographiques…
      J’allais te dire que même Dostoïevski a écrit des romans plats… Mais je n’ai pas d’exemple parmi ceux que j’ai lus. Par contre, j’ai trouvé certains Tolstoï plats (attention, hérésie : j’ai trouvé Guerre et Paix ennuyeux à mourir). Emma Bovary, si je l’avais en face de moi, je la claquerais. Comme quoi, vendre des milliers d’exemplaires et avoir le statut d’auteur classique et/ou célèbre ne garantit pas la qualité sur chaque oeuvre.
      Mais je ne demande qu’à connaitre et faire connaitre les pépites ne dépassant pas les 500 ventes ! C’est là que réside la mission de Super Faustine : faire découvrir aux masses les bouquins qui mériteraient la gloire…

  8. Merci pour le lien ! Ce sont également deux livres que j’ai noté ! Si tu es partante pour une lecture commune, pourquoi pas ? Pour la liste des coups de coeur, elle est close malheureusement, je n’arrivais plus à suivre 🙁 Cependant, elle est disponible en pdf pour qui la souhaite et on peut toujours s’inscrire au challenge (nous sommes bientôt 100 !) @ bientôt !

  9. Alors déjà Faustine, tu apprendras que je DETESTE Proust ^^’
    Ce que je reproche à l’Elégance du Hérisson, ce n’est pas son style ou d’être un “petit roman” (qui était nominé pour le Goncourt) mais ses personnages auxquels je n’ai pas accroché du tout. J’ai trouvé leur description totalement caricaturale et pas du tout subtile.
    Les “vieux” Goncourts renferment des perles de petits romans qui laissent cet arrière-goût sucré, enfin sur moi ça fontionne.
    Si j’ai commencé à lire des Goncourts d’ailleurs c’est parce que je ne comprennais pas pourquoi je n’avais jamais entendu parler de ces auteurs dans ma scolarité. Ils sont datés mais ils ont tous un petit truc qui fait que.
    Bref personnellement L’Elegance du Herisson n’a pas fonctionné pour moi mais on n’est jamais à l’abri d’une surprise pour le Club des Incorrigibles Optimistes et c’est d’ailleurs pour ça que j’attends l’émission “Dans le texte”.

    Si la liste est déjà close, ça veut dire que je vais pouvoir faire mon choix définitif. Et ne dis pas “malheureusement” Theoma, c’est une très bonne chose sur certains aspects et ça montre que ton défi répondait à une forte attente !!!
    Pour ne pas avoir l’impression de faire un Blogotrésor bis, je pense que je vais choisir en fonction de la personnalité du bloggueur. Je prends donc le Dostoievski de Camille et j’irais voir si un autre blogueur que je lis a proposé un roman !

  10. C’est une chouette idée ce tag! Bisous

%d blogueurs aiment cette page :