Japan Ai : 3 copines au Japon et le plus beau des poissons

Hier, en avance au boulot (parce que je suis trop sourde pour entendre mon portable sonner, mais il ne faut pas le dire), je m’arrête dans une librairie à quelques mètres histoire de voir si le dernier Nana n’est pas sorti.Oui, je sais qu’il y a de magnifiques plannings en ligne qui annoncent les dates de parution des mangas, mais c’est tellement plus drôle d’avoir la surprise ou de venir pour rien !
Et le meilleur, c’est encore de se sentir très seule à regarder les shojo pendant que 5 types lisent des Naruto et consorts debout autour des rayons.

Donc, seul spécimen féminin dans ce monde d’otakus, j’ai logiquement été attirée par un bouquin qui réunissait tous les critères girly possible : c’était rose, c’était kawaii, et il y avait même des petits bouts d’écailles d’Arc en ciel collés dessus.
Mais si, vous savez, le plus beau poisson des océans ! Sans déconner, vous n’avez jamais été enfant ?

J’avais déjà entendu parler de Japan Ai, et en bien. Quand j’ai en prime constaté que le bouquin évoquait les geishas, c’était vendu.
Là, vous les voyez, les petits bouts d’Arc en Ciel ?


Et pour tout vous dire, j’ai tellement aimé ce bouquin que je l’ai lu deux fois de suite. C’est mignon, drôle, rafraîchissant, tout ce qu’on regrette c’est qu’il n’y ait pas davantage de pages en couleurs, cela donne presque envie de le colorier.

 

L’histoire est celle d’une Américaine, heureuse propriétaire d’une poupée Volks, qui part au Japon faire un reportage sur la firme. L’occasion d’un voyage avec deux amies passant par tous les points emblématiques (voire un peu clichés) de la culture japonaise, et, plus tard, d’un carnet de voyage illustré relatant ce périple.

 

Pour ceux qui se poseraient la question, une dollfie Volks, c’est ça.

 

Japan Ai, c’est aussi, en quelque sorte, un guide plein de bons tuyaux pour quiconque souhaiterait vivre lui-même l’aventure sur place.

Et d’ailleurs, c’est l’envie que cela m’a donné.
Au préalable, je rêvais déjà, vaguement, d’aller là-bas un jour… Mais j’ai officiellement décrété que désormais, je m’attellerai concrètement à la préparation de ce voyage. Ca tombe bien, d’ici à ce que j’aie l’argent pour, j’aurai amplement le temps de me préparer !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

monde flottant alan spence thomas glover

Le monde flottant, par Alan Spence : un gaijin écossais à la conquête du Japon des samouraïs

C’est un beau livre dont l’intrigue se place quelque part entre le roman d’aventures, l’épopée …

5 commentaires

  1. Malgré le fait d’avoir eu une enfance, je ne connais pas ce charmant poisson Arc-en-ciel.
    Sinon c’est pas très japonais “Steinberger” non ? Ca explique peut-être quelques clichés ^^’

    Pour finir je dis ouiiiiiii à ton envie d’y aller, avec une bonne préparation, tout est possible 😉 Au pire tu peux toujours quémander une cagnotte familiale au prochain Noël !

    Bon sinon des bisous.

    • Ben c’est bien ce que je me suis dit, que j’allais passer pour une siphonnée si je disais qu’il y avait des morceaux d’écailles d’Arc en Ciel sur la couverture, et qu’il n’y avait que moi qui avait ce bouquin à portée de vue quand je faisais des lignes au fond de la classe (ouais, c’est mon passé de pestiférée, l’heureuse époque où je tournais autour des arbres 😉 )
      Steinberger ce n’est pas japonais du tout du tout, en fait la fille a des origines très mélangées. Mais d’un autre côté, ce petit côté cliché me va très bien : ce n’est plus le Japon, c’est une sorte de Disneyland géant !

  2. Bonjour,
    Je lis souvent Arc en ciel à mes petits enfants et ils adorent tellement coloré et les dessins super .
    beau Summer

  3. *petite voix du fond du net*
    Je suis rentrée hier d’un séjour de 12 jours au Japon.
    Les photos devraient commencer à être publiées sur mon blog dès demain… 🙂

%d blogueurs aiment cette page :