Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

Si j’ai choisi de lire Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates plutôt que la multitude d’autres bouquins alléchants dont le nom de l’auteur débutait par la lettre S, c’est parce que j’avais, au préalable, lu quantité de critiques dithyrambiques à son sujet sur la blogosphère. Voir par exemple sur George Sand et moi, The shop around the corner ou Mam’zelle Poupée.

Mais dans le cas où vous seriez passé à côté de ce petit buzz, il s’agit d’un roman épistolaire écrit par une ancienne libraire américaine, Mary Ann Shaffer, et sa nièce auteur pour enfants, Annie Barrows, la première étant hélas décédée peu avant la publication du livre.

L’histoire a pour cadre l’Europe d’après la Seconde Guerre Mondiale. Juliet est une jeune femme fantasque qui cherche désespérément l’inspiration pour son prochain roman. Elle va la trouver là où elle ne l’attendait pas, en découvrant au fil d’une correspondance de plus en plus soutenue avec les habitants de l’île de Guernesey, l’existence d’un club de lecture au nom insolite, qui a soutenu les insulaires tout au long de l’occupation allemande.

J’ai toujours crû que quelqu’un de doué pour l’écriture se détectait à sa capacité à donner envie.
Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates est un de ces livres que vous finissez avec au coeur des dizaines d’envie.
Celle de visiter l’île deGuernesey, par exemple, présentée comme un paradis à l’air iodé et aux chemins semés de fleurs.

Et si pareille envie vous prend et que vous vous lancez dans une recherche d’images pour voir de vos yeux ce que les mots du roman ont laissé entrevoir à votre imagination, vous découvrirez une merveille dont vous ne soupçonniez pas l’existence :

Une chapelle décorée de morceaux de coquillages et de porcelaine aux couleurs surnaturelles.

L’envie de lire, surtout. La lecture est l’élément central du roman : elle pousse des personnages qui n’avaient rien en commun à se rencontrer, elle fait rêver quand l’essentiel vient à manquer pour survivre, elle permet de garder sa dignité quand la guerre déshumanise le quotidien. Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates rend hommage aux auteurs britanniques (Jane Austen ou Agatha Christie) ou antiques (Marc-Aurèle ou Sénèque) parmi les plus célèbres, tout autant qu’il nous fait découvrir des écrivains moins renommés (connaissiez-vous Charles Lamb ?).

Ce livre est un voyage, saupoudré d’une bonne pincée d’un humour irrésistible et de nombreux passages émouvants, avec une pléthore de personnages attachants.
Si ce n’est pas déjà fait, lisez-le. Et si c’est déjà fait, eh bien, parlons-en !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

Passer une bonne journée au bureau, c’est possible, par Caroline Webb

Dans ma jeune carrière, j’ai toujours travaillé comme community manager. En revanche, j’ai exercé mes …

3 commentaires

  1. Ça a vraiment l’air intéressant, merci! Bises!

  2. Je confirme : c’est un très beau roman épistolaire qui m’a donné envie de visiter Guernesey et de découvrir Charles Lamb ainsi qu’Anne Brontë. De plus, en se concentrant sur la destinée de quelques personnages du Cercle sous l’occupation allemande, l’auteur parvient à donner à la Grande Histoire une dimension humaine très touchante. Je ne peux que conseiller cette merveilleuse lecture. J’ai déjà offert le livre à deux personnes de mon entourage !

%d blogueurs aiment cette page :