Elizabeth, naissance d’une Reine

Ce n’est pas un secret pour ceux qui suivent mon Tumblelog et qui ont déjà été inondés d’images, j’ai adoré le film Elizabeth, avec Shekhar Kapur à la réalisation.

Entre le film historique et la romance, c’est, d’après les biographies d’Elizabeth Ire que j’ai pu confronter à l’intrigue, une retranscription relativement fidèle des premières années de son règne. Le souci du détail est particulièrement poussé en ce qui concerne les costumes : la scène du couronnement, notamment, est frappante dans sa ressemblance avec le portrait d’Elizabeth qui en avait été fait à l’époque.

Pour ceux d’entre vous qui sont un tantinet chauvins, le casting du film comprend nombre d’acteurs français auxquels on a attribué des rôles quelque peu… Surprenants. Certes, Fanny Ardant incarne parfaitement l’intrigante Marie de Guise, mais l’accent du Sud d’Eric Cantona détonne un peu avec son personnage de très sérieux diplomate… Et que dire de Vincent Cassel en robe et perruque !

L’accent est mis sur l’histoire d’amour impossible entre Robert Dudley et la Reine, qui sacrifiera son amour à son devoir de souveraine. S’il en est parmi vous qui n’ont pas très bien compris la curieuse histoire de la femme de Robert Dudley, en quoi son père était un traître (c’est éludé rapidement dans le film), ou qui aimeraient savoir jusqu’à quel degré le film est fidèle à ce que l’on sait des relations d’Elizabeth et du Comte de Leicester, voire les trois à la fois, comme moi, je vous encourage vivement à suivre ce lien, c’est passionnant pour peu que l’on prenne la peine de lire un long pavé rédigé dans un anglais très compréhensible.

Enfin, Robert Dudley est interprété par Joseph Fiennes, ce qui, à mes yeux, est un argument qui à lui seul vaut bien la peine que vous voyez ce film.

* A ce point de la narration, l’auteur de ces lignes réfrène difficilement une réaction hystérique d’adolescente attardée qui se résume à peu près en ces termes : “Hiiiiiiiiii, Joseeeeph je t’aiiiiiiiimeeeuh !!!” >o< *

Sur ce, je vais plonger ma tête dans un seau d’eau froide et vous salue bien bas.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

monde flottant alan spence thomas glover

Le monde flottant, par Alan Spence : un gaijin écossais à la conquête du Japon des samouraïs

C’est un beau livre dont l’intrigue se place quelque part entre le roman d’aventures, l’épopée …

5 commentaires

  1. Je l’ai vu sur le satellite il y a 15 jours. J’ai bien aimé aussi, sauf Vincent Cassel qui jouait vraiment un peu trop…
    Puis j’ai pas vraiment eu l’impression qu’elle “sacrifiait son amour”. Plutôt qu’elle n’était pas du genre à s’engager sentimentalement et qu’en fin de compte, il s’avérait qu’elle avait eu raison…

  2. C’est marrant, je suis justement en train de le regarder (en deux fois) et j’adooooooooooooore.

  3. Winnie, pas d’accord du tout ! Elle n’a pas à s’engager, elle est la reine : elle peut se contenter de l’avoir comme favori. Or, il est dit à la fin du film qu’elle ne le revoit plus en privé. Et pi bon, quand même, après qu’il l’aie trahie, ça peut se comprendre, hein ! (même si c’est Joseph Fiennes v_v)
    Ca c’est pour le film, historiquement, elle ne pouvait pas l’épouser parce que cela aurait confirmé les rumeurs sur le fait qu’il ait tué son épouse, notamment.

  4. Non mais je veux dire qu’indépendamment du fait qu’elle soit la reine, le personnage n’avait pas l’air d’être du genre à s’engager sentimentalement, plutôt à picorer de-ci de-là. Surtout que ses conseillers lui disent bien qu’il faudrait qu’il y ait un roi (ou prince consort, bref je suis nulle en histoire anglaise) pragmatiquement donc qu’elle a besoin de se marier. Et j’avais compris qu’après la trahison de Joseph Fiennes (non mais les garçons trop beaux y’a que du caca à l’intérieur, je ne le fais que vous le rabacher), alors elle écoute ses conseillers et se cherche un roi et là pas de chance elle tombe sur Vincent Cassel alors elle décide qu’elle n’a pas besoin de tous ses abrutis de mecs qui servent à rien. Mais je n’ai ressenti aucun “sacrifice de son amour” dans le film puisque j’avais bêtement compris que si elle ne voyait plus le Joseph Fiennes, c’est parce qu’elle lui en voulait de lui avoir caché l’existence de son épouse.

  5. Oui mais à la fin du film, il y a quelques lignes qui disent qu’elle aurait prononcé son nom sur son lit de mort ! (ce qui, apparemment, n’a pas réellement de fondement historique, mais bon).

%d blogueurs aiment cette page :