Cherche boulot désespérément, étape 2 : la motivation

Vous avez bien lu, je n’ai fait aucune erreur dans le titre : je compte bien vous parler de motivation en général, et pas seulement de cet exercice parfois fastidieux qu’est l’écriture de la lettre de motivation.

Analysons le comportement type d’un candidat à l’emploi qui, déjà soulagé d’en avoir fini avec son CV en suivant mes précédents conseils, s’assied à son bureau devant une feuille de papier à lettre, parce qu’il sait qu’il vaut mieux envoyer une lettre manuscrite. 

Il a bien compris qu’il faut s’en tenir à une page, ce qui l’arrange bien puisqu’il n’a pas grand chose à dire.

Il a soigneusement identifié son destinataire, ce qui lui évitera de dire Madame à un Monsieur et vice-versa.

Il maîtrise la formule de politesse finale, pour éviter d’envoyer ses “sentiments”, même distingués, à une personne du sexe opposé, à moins de verser dans la promotion canapé : ça ne se fait pas, très chère !

Il sait qu’il doit sauter des lignes pour aérer sa prose.
Bon.
Alors, quelles sont ses motivations ?

 

Si, au bout de 10 minutes d’intenses réflexions, tout ce que vous avez trouvé c’est “gagner des sous” (pragmatique, mais pas très original), alors je vous propose de repousser à plus tard l’écriture de votre lettre, vous n’êtes pas à un jour près, et d’accorder un peu de temps à un petit travail préparatoire.

Un modèle type d’écriture de lettre de motivation consiste à la composer en 3 temps : “Je, vous, nous”.

1° Je : Vous présenter. Votre formation, vos expériences, votre situation actuelle (sans paraphraser le CV), vos atouts. Les adjectifs du type “sérieux, travailleur, responsable” sont fréquents, c’est moins courant d’en avoir la preuve : illustrez avec des exemples d’expériences réussies !

2° Vous : Il s’agit de montrer qu’on a bien identifié l’esprit de l’entreprise, ce que le poste peut vous apporter.

3° Nous : J’ai trouvé dans mes lectures la métaphore du couple. Là, il vous faudra parler d’un avenir commun, de ce qui fait que cette entreprise et vous êtes faits l’un pour l’autre.

Le petit travail préparatoire que je vous propose devrait vous faciliter grandement les choses pour les 3 étapes :
– Le “je” : en identifiant vos atouts, ce qui n’est pas si facile quand on a, comme moi, un gros problème de confiance en soi
– Le “vous” : en vous permettant de savoir concrètement ce qui vous intéresse dans telle entreprise, qui fait que vous l’avez choisie plus qu’une autre
– Le “nous” : en vous donnant à imaginer ce que vous attendez de votre travail

Comment ? C’est tout simple, mais on en prend rarement le temps.

~ Se pencher sur son passé.Reprendre ses expériences une à une. Pour chacune, notez ce que vous avez aimé, et que vous souhaiteriez refaire, puis ce que vous n’avez pas apprécié, et que vous ne voulez plus refaire.

Pour ma part, par exemple, je croyais que travailler dans un autre pays me plairait. Après avoir passé 4 mois en Allemagne, où j’ai beaucoup souffert du mal du pays, j’ai réalisé que j’aimais voyager, mais que je n’étais certainement pas faite pour un boulot de correspondante à l’étranger. Il y a également des tâches que j’ai eu à accomplir lors d’une de mes expériences, pour lesquelles je me suis sentie sous-estimée, et que je ne veux plus refaire.

Savoir ce qu’on ne veut plus faire, cela permet déjà d’abord de s’épargner des candidatures superflues, ensuite d’avoir une idée de ce qu’on souhaite, dans mon cas : qu’on me confie des responsabilités. En analysant un autre stage, j’ai réalisé que cela se confirmait : on m’avait laissé une grande liberté dans le choix de mes articles et l’organisation de mon travail, tout en m’encadrant suffisamment pour que je progresse, et cela m’avait beaucoup plu. Ainsi, vous construisez un projet qui se redéfinit plus précisément au fil de vos expériences !

~ Fantasmez ! Imaginez votre boulot idéal, sans vous obliger à être réaliste. Comment cela se passerait avec vos collègues, quelles seraient vos tâches, comment vous vous sentiriez… Vous pouvez juste fermer les yeux et l’imaginer, ou l’écrire, ce qui vous forcerait à poser des mots sur ce que vous pensez.

~ Demandez l’avis de vos proches, de vos anciens collègues ou supérieurs. Il vous sera plus facile de leur demander quelles sont vos qualités si vous leur expliquez que c’est pour votre lettre de motivation ! Vous pouvez aussi ressortir vos évaluations.

~ Néanmoins, tous les compliments qu’ils vous diront seront sans effet si vous avez une estime de vous-même défaillante. Dans vos expériences, cherchez ce qui vous a rendu fier, ce dont vous parlez volontiers (n’oublions pas que vous évoquerez dans votre lettre pourra faire l’objet de questions en entretien !)

~ Cherchez aussi ce que vous savez faire dans votre vie quotidienne, qui peut être transformé en aptitude professionnelle.Vous avez un hobby artistique ? Vous êtes créatif ! Vous pratiquez régulièrement un sport ? Vous avez sans doute l’esprit d’équipe ou le goût de la compétition ! Vous aimez les enfants ? Garder des enfants demande un grand sens des responsabilités et beaucoup d’autorité !

~ Maintenant que vous savez ce qui compte pour vous, il vous faut classer tout cela et définir vos priorités.Ainsi, vous pourrez mieux cibler vos demandes, et surtout, aller directement à l’essentiel quand vous décrirez vos attentes !

~ Définissez un plan d’actionpour atteindre les objectifs que vous vous êtes fixé. Peut-être que l’une des entreprises auxquelles vous proposez votre candidature peut vous aider dans l’une de ces étapes (en vous apportant une connaissance de son milieu, par exemple…). C’est exactement ce qu’il faut mentionner dans le paragraphe “vous” ! Sources et liens :

– Toujours Le guide du CV et de la lettre de motivation d’Isabelle Wackenheim
– Le dossier “Trouver sa voie” de Psychologies, n°281 de janvier 2009
Mobamotiv, le générateur de lettres de motivation
– Les règles de la lettre de motivation par Mode(s) d’emploi
Comment rédiger une lettre de motivation ? en vidéo par PPC et Henri Kaufman
– Le psychothérapeute Christophe André parle de l’estime de soi (petit clin d’oeil à Fadhila Brahimi qui m’a donné son opinion à ce sujet !)
– Définir votre objectif grâce à la méthode SMARTE

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

Tout plaquer et aller prendre un bain : la feel good BD de Mathou

Les occurrences de l’expression “feel good” sur ce blog sont si fréquentes et galvaudées qu’on …

6 commentaires

  1. Comme le dit Francine, ma chère professeur d’édition qui est toujours d’excellents conseils… il ne s’agit pas de lettre de motivation, mais de candidature. Parce que oui, on est motivé bordel de m**** donc, on postule! Après… advienne que pourra!

  2. Comme le dit Francine, ma chère professeur d’édition qui est toujours d’excellents conseils… il ne s’agit pas de lettre de motivation, mais de candidature. Parce que oui, on est motivé bordel de m**** donc, on postule! Après… advienne que pourra!

  3. Ca c’est sûr, on est motivés ! Le hic, c’est que c’est parfois difficile d’identifier les raisons et de mettre des mots dessus. Ou de se différencier des autres.

  4. ouai.. ma ça me rappelle trop de mauvais souvenir ces truc là !! mais bon … bon courage pour ceux qui cherchent du boulot !

  5. J’en suis pile là moi aussi! Et ya juste rien à faire, syndrôme de la feuille blanche. Totale démotivation pour les lettres de motivation justement! Qu’est-ce que c’est casse-pied ces trucs quand même! Sans parler qu’au final c’est quand assez faux-cul. Rha ce qu’il ne faut pas faire pour pouvoir bosser!

  6. Petite Fleur : le pire, c’est que certains employeurs n’aiment pas trop non plus !

%d blogueurs aiment cette page :