Appelez-moi Dieu.

Au commencement était l’herbe. L’herbe était sèche et terne. Je dis : que l’herbe soit plus verte que celle du voisin! Et l’herbe verdit. Je vis que l’herbe était bonne fais tourner; et je posai des murs.

Puis je dis : Faisons le sim à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur la bonne à tout faire, sur le jardinier, et sur toutes les mouches qui survolent ses assiettes sales.
Et cela fut ainsi.

Les Sims 1, déjà, c’était fortement addictif. Mais les Sims 2 et leurs possibilités presque infinies en matière de personnalisation du physique du personnage risque fort de me faire planter mes études (et en plus, le 3 est prévu pour 2009! Je fais quoi, je me retire en ermite ?). Deux innovations majeures :

– Les Sims vieillissent
– Comme l’être humain a son libre arbitre, les Sims nouvelle génération ont des ASPIRATIONS.

Ne vous leurrez pas, cela ne les rend pas plus intelligents. Seulement encore plus obtus.
Je voulais lancer SimCamille dans le journalisme pour voir si quelqu’un de génétiquement programmé comme moi pouvait y réussir. Ben non, figurez-vous que mon aspiration suprême est une carrière de… flemmard. Ma moitié simesque, c’est pire, elle voulait être flic !
Comme je suis quand même un créateur magnanime, je cède à leurs caprices. Y compris lorsque ma moitié simesque veut me coller un marmot, puisqu’il a une forte aspiration à la vie de famille. C’est ainsi que je découvris que les Sims étaient de mauvais coups, enfin sur la durée, parce que sinon ils recommencent à volonté (et Dieu sait s’ils veulent, les obsédés !), qu’ils avaient progressé socialement, avec l’instauration d’un congé maternité, que la nausée ne leur était pas épargnée mais qu’en revanche, ils bénéficiaient d’un temps de gestation beaaaaaucoup plus court.
Et puis c’est bien ma chance, ma progéniture a tout pris de son père. Moralité, ben elle aussi elle me met la pression pour un nouveau membre dans la famille (et depuis que je les ai fait déménager, je n’ai même plus l’argument “et où je vais le mettre, ce môme???”). Non mais c’est que j’ai une carrière à gérer, moi! Oui je bosse deux jours par semaine, et alors ???
Je pourrais adopter, mais j’avoue que ça m’amuse beaucoup de croiser mes sims. Même s’il n’y en a pas UN qui hérite de mes bouclettes. Donc le deuxième est en route.

I wanna have your babies – Natasha Bedingfield :

Et comme Monsieur mon Homme dans la vraie vie (vous suivez toujours ?) s’est pris au jeu, même qu’il a intérêt à courir vite ce petit salaud de livreur de journaux qui a osé embrasser son adolescente de fille, eh ben il réclame déjà le troisième. Ajoutant que franchement, si ce n’était que les nausées, il se sacrifierait, mais biologiquement ce n’est malheureusement pas possible.

Ouais ben fais pas trop le malin, ou je te fais enlever par les aliens, et tu reviendras enceint ! Mais bon, un gosse vert dans la famille, ça ferait mauvais genre. Et puis, comme il est meilleur en cuisine que moi (le dîner servi au directeur a valu une place en école privée à notre aînée, oui, nous on ne recule devant aucune corruption pour le bonheur de la petite !) ça m’embêterait qu’il revienne traumatisé à vie par les expérimentations extraterrestres.

Non, alors à tous ceux qui m’ont propulsée meilleure mère potentielle sur Facebook (je ne m’en remets toujours pas. Faut-il que les personnes auxquelles j’ai été comparée soient des parents indignes !), ce jeu ne reflète en rien mes attentes en matière de famille, hein !

Oui non parce que dans la vraie vie, la grossesse c’est pas 3 jours et le petit losange au dessus de toi qui se dédouble avec un môme déjà changé qui te tombe dans les bras, hein ! (ceci est un aveu déguisé : les douleurs de l’enfantement me font flipper. Je suis née par césarienne et ma mère m’a largement fait sentir combien nous mettre au monde mon frère et moi l’a durablement traumatisée. Ajoutez la vidéo du cours de bio en 5ème, en plan serré sur entrejambe, jamais plus je ne serai une fille ingrate.)

N’empêche que j’ai passé la soirée à me demander combien de gosses je voudrais, si j’avais des gosses, mais de toute manière la question ne se pose pas.

Encore.

Je crois qu’il y a deux types de joueurs :

– Les immoraux. Ceux qui noient leurs sims en retirant l’échelle de la piscine pour revendre les urnes funéraires. Explication psychologique : ils se vengent parce que leur vie est pourrie. Dieu doit avoir des journées sacrément pénibles !
– Les descendants de Laura Ingalls (catégorie à laquelle appartient sans aucun doute votre dévouée bloggeuse). Explication psychologique : comme leur vie est pourrie, ils se créent la vie parfaite qu’ils voudraient avoir. Peut-être encore plus pathétique, mais au moins on sait que Dieu n’est pas gnangnan.

Non, je ne vois pas d’autre catégorie. Ah si : ceux qui ont autre chose à foutre.
Sortez d’ici tout de suite !

Playlist en Simlish :

Oh mon Dieu… Il faut absolument que j’écoute Flaming Lips en simlish… XD

Pocketful of sunshine – Natasha Bedingfield :

Smile – Lily Allen :

 

Fa Fa Fa – Datarock :

Suffer well – Depeche Mode (si!!!) :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

monde flottant alan spence thomas glover

Le monde flottant, par Alan Spence : un gaijin écossais à la conquête du Japon des samouraïs

C’est un beau livre dont l’intrigue se place quelque part entre le roman d’aventures, l’épopée …

7 commentaires

  1. It’s all about babies okayyy ! J’ai quand même passé toute la première partie du billet à me demander pourquoi tu parlais des SIMS ! ?oO?

  2. je mets le hola tout de suite! Je suis une fanatique simiesque également et je vous un culte à TUER tous les sims qui se présentent au pas de ma porte (et qui ne font pas partie de ma famille, bien entendu) C’est pas forcément parce que ma vie est nulle que je fais ça. C’est juste parce que, des fois, j’aimerai le faire dans la vraie vie, mais que ma maman et mon papa m’ont bien élevée et que j’aurai trop peur d’aller en prison (oui, parce que les Sims, euh… ils n’y vont pas…) A quand le Sims en taule? ça pourrait être très drôle non?

  3. Ah non Marc, tu recommences pas! :p Nan, c’est justement pas all about babies v_v Je parle des sims parce que j’ai du laisser le 1 chez moi pour excédent de bagages, que le 2 me faisait de l’oeil dans mes grandes crises d’ennui, sauf qu’il n’était vendu que traduit en Allemand ici (curieux, non? :p) Du coup, depuis que j’ai découvert que je pouvais le télécharger en français, je passe une grande partie de ma vie réelle à me faire une vie virtuelle. Faustine, je me demande si je ne préférais pas penser que tu étais sadique par vengeance que de savoir que tu as des pulsions criminelles refoulées 😀 Mais bon, si tu les expies dans les sims, tout va bien… (je pense que tout joueur des Sims a besoin d’une thérapie, en fait ^^’)

  4. Mais la grande question est : utilises-tu les codes qui te permettent de gagner plein de simflouze pour te payer ton jacuzzi et ta salle de sport cash d’entrée, ou bien est-ce que tu joues le jeu à fond en te contentant d’un deux pièces et d’un frigo pourri ? 😉

  5. J’ai jamais joué au Sims. Par contre je me suis bien laché sur “Dongeon Keeper”, si vous voulez jouer le Diable après avoir joué Dieu, vous devriez le tenter…

  6. Je n’ai RIEN compris à cet article… et pourtant j’ai joué aux Sims 1 en leur temps de manière frénétique en créant des collocs géantes avec tous mes amis pour voir qui tomberait amoureux de qui (d’ailleurs c’est malin maintenant j’ai envie de jouer à nouveau) Mon propre perso étant mort bêtement à cause de ce connard de clown de Bernard Buffet… sinon je plussoie Marc, tu vois des enfants partout :p

  7. MAIS EUH! Je les VOIS pas, ils y SONT!!! C’est pas de ma faute si mon mec sim il voulait des gosses ! Et bon, quand j’étais jeune fille au pair, c’était difficile de ne pas les voir, les gosses! Aaaaaaah, Dungeon Keeper… Les ricanements des lutins… J’avais Caesar III, aussi, dans le genre grand classique… OH MON DIEU il faut que je les récupère!!!

%d blogueurs aiment cette page :