C’est pareil, mais différemment

A Londres, il y a des trucs géniaux :

– Des CDs difficilement trouvables et hors de prix en France, qui ici sont bradés et en quantité indécente, genre The Figurines, Small Faces et The Zombies. On trouve même The Good, the Bad & the Queen au petit supermarché de mon quartier !!!

– Le thé instantané Dreamtime de Whittard of Chelsea (ou comment je me suis mise à la poudre).
– Des musées gratuits
– Des vendeurs chez Starbucks qui débattent avec vous des mérites de divers muffins (ou comment j’ai pris 5 kilos). Moi j’dis : le meilleur, c’est celui à la myrtille v_v
– La Carnaby Street et Covent Garden
– Des musiciens dans le métro qui ne vous importunent pas, et ont la plupart du temps un certain talent
– Les magasins ouverts le jour du Seigneur, parce que dans ce pays, Dieu est capitaliste (pour la première fois de ma vie, adieu la dépression du dimanche soir !)

Mais il y a des choses qui ne remplaceront jamais mon pays :

– des rayons entiers de yaourts bio (ici on dit organic), light (ici on dit low-fat), et sains of course (ici on dit healthy). Et si j’ai envie de manger gras à prix décent, moi ?
– Les chamallows sont dégueulasses. Peut-on survivre à un coup de cafard sans chamallow digne de ce nom ?
– La lumière. Je suis allée voir quantité d’oeuvres impressionnistes, et j’ai failli pleurer en retrouvant la couleur du ciel dans notre beau pays.
– Dans ce pays en matière de lingerie, il semblerait qu’il n’y ait strictement aucun intermédiaire entre l’atrocement vulgaire et la culotte snoopy.
– Chez nous, les disquaires emballent les CDs. A Londres, le boîtier en plastique, tout nu et désarmé, a été rayé, usé et ebréché par maintes manipulations. Vous avez l’impression d’acheter un CD d’occasion au prix du neuf.
– Mon royaume pour un steak. Ici quand tu leur dis “à point”, ils ne rigolent pas. De la semelle, ils te servent. Et de la crème fraîche, raaaaaaaaaah… La sour cream, c’est ignoble.
– Vous !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

monde flottant alan spence thomas glover

Le monde flottant, par Alan Spence : un gaijin écossais à la conquête du Japon des samouraïs

C’est un beau livre dont l’intrigue se place quelque part entre le roman d’aventures, l’épopée …

5 commentaires

  1. Je retrouve la même chose au pays de l’Oncle Sam…

  2. Est-ce trop tard pour te demander si tu peux passer me prendre un crayon khol et un rouge à lèvres chez B Never ? ^^’

    Voilà sinon je note tout bien scrupuleusement : des chamallows et de la lingerie. Enfin en même temps, je n’aurais pas grand monde à qui la montrer donc ce n’est pas très grave, et les australiennes sont très branchées string à ce que j’ai pu comprendre (aaaarg)

    Pour les steaks, je savais déjà. Mais ils mangent du kangourou les miens donc je devrais réussir à trouver des équivalents. Au pire je me cuirais moi-même des steaks de kangourou SAIGNANTS.

    Et des musées gratuits y’en a en France maintenant aussi, na !

  3. Très franchement, je doute d’avoir une nouvelle permission pour le centre ville qui me permette d’y passer d’ici à mercredi… Mais au cas où, dis toujours quelle couleur tu veux ! Sinon, j’ai pris leur catalogue la dernière fois, je pourrai te le donner.

  4. Nan mais ne t’embête pas. Je veux bien le catalogue, on a une commande “bnever” spécial lushettes du forum prévue pour le mois de mai de toute façon ^^

  5. Cet billet est vraiment très généreusement bien formulé et bien rédigé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :