Démenti officiel

Ce n’est pas moi qui ai foutu le feu à Camden Town, d’ailleurs c’est simple, depuis que, au tout début de mon séjour, mes hôtes m’ont gracieusement prévenue que ça craignait un peu dans le coin, je refuse d’y poser le pied sans Canarovore *insérez ici le générique de Bodyguard*. Si c’est pas un alibi en béton, ça !

C’est triste, parce que j’en suis réduite au choix vestimentaire désespérément banal d’Oxford et Regent Street (peu recommandé si vous souffrez d’agoraphobie).

Mais que fais-je donc, à part les magasins, qui m’empêche de bloguer ?

Je garde Petit Bouchon. Ca y est, elle et moi on s’entend comme larrons en foire. Je lui ai appris à jouer au foot, à communiquer en langage poisson poissons22.gif, et elle se sert de moi pour faire tous les trucs que Maman lui interdit.

Le plus clair de mon temps libre est passé en conversations sur Skype, webcam trônant en position instable sur une boîte de thé, avec Petit Bouchon en guest-star. 2 possibilités :
– Soit elle essaie de me piquer Canarovore.
– Soit je suis SA bouffone, nan mais ho, c’est qui l’autre qui monopolise SON esclave???

Je me noie dans la paperasse pour mon séjour en Allemagne. Qui a dit que ces gens-là étaient organisés ?

Je visite des musées. Je n’en reviens pas que ce soit gratuit dans la patrie mère du capitalisme, et pas dans notre beau pays où soi-disant on promeut l’égalité et la culture. Jusqu’ici, j’ai donc :

– Eté étourdie par la profusion de merveilles au Victoria & Albert Museum. Des dorures dans tous les coins, des montagnes d’objets finement ciselés, l’impressionnante colonne Trajan, on en prend plein les yeux, et sur tous les sujets. En errant au hasard des couloirs, on passe d’une collection sur la mode à une galerie sur la publicité, d’une exposition sur la Renaissance à une collection asiatique détaillant chaque étape de la fabrication d’objets en jade… Si la religion en général vous intéresse, ne ratez pas le V&A Museum. Je l’ai quitté avec une intéressante réflexion ouverte par une croix couverte de capsules de Coca-Cola, qui trônait dans une vitrine au beau milieu de reliquaires richement sertis de pierreries. La légende était une citation de l’artiste, dont l’idée était à peu près la suivante : “si cela offense quelqu’un d’associer une croix à Coca-Cola, qui et pourquoi?”

– Eté déçue par le British Museum, où, après plusieurs mésaventures me conduisant à reporter ma visite, je n’ai finalement pas vu la fameuse exposition sur l’armée de terre cuite du premier empereur Qin, la totalité des billets étant vendue. J’ai renoncé, un peu fatiguée de tant de bruit pour pas grand chose. Du reste du musée que j’ai, du coup, largement eu le temps de visiter, la seule chose qui m’ait réellement marquée est cette salle cachée derrière une boutique, où étaient entassés pêle-mêle des objets attendant la réfection de leur salle d’origine, et une collection d’horloges.
J’y suis tombée sur une oeuvre que j’ai trouvée terriblement émouvante :

Sculpture

Une statuette vieille de 11 000 ans représentant un couple faisant l’amour.

– Eté vivement intéressée par la Wellcome Collection. Initialement, j’y suis surtout allée pour la petite, mais néanmoins intéressante, exposition “Sleeping & Dreaming”. J’en suis sortie avec des pistes : farfouiller du côté des surréalistes (comment ai-je pu ne pas y penser ?), et quelques questions que je ne m’étais jamais posées (alors que je n’ai toujours pas la réponse à celles que je me posais déjà), du genre “rêve-t-on en noir & blanc?”, “peut-on rêver que l’on meurt ?”…

Après quoi, j’ai visité les expositions permanentes qui sont un must pour les étudiants en médecine, et n’importe quel littéraire qu’un rien de culture scientifique ne dégoûte pas trop. Le sieur Wellcome était un sacré amateur de boxon curiosités. Et c’est juste à la sortie du métro Euston Square

Je prends des cours particuliers de russe avec mon hôtesse, laquelle prend des cours particuliers de français avec… Moi. Même que je lui présente tout un tas de concepts français cruciaux comme Arsène Lupin, le Splendid ou Claude François.

Bref, je suis débordée. Mais ça ne m’empêche pas, MOI, de répondre à mes 2 lecteurs. Bien sûûûr, que c’est une allusion, et même pas déguisée en plus. Allez, au boulot feignasse !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

monde flottant alan spence thomas glover

Le monde flottant, par Alan Spence : un gaijin écossais à la conquête du Japon des samouraïs

C’est un beau livre dont l’intrigue se place quelque part entre le roman d’aventures, l’épopée …

5 commentaires

  1. Ouuuuh un sujet culturel polémique comme je les aime :

    “Je n’en reviens pas que ce soit gratuit dans la patrie mère du capitalisme, et pas dans notre beau pays où soi-disant on promeut l’égalité et la culture.”

    alors je suis pour la non-gratuité des musées. Je m’explique.
    Les anglo-saxons ont une gestion privée de la culture. Autrement dit ce n’est pas l’Etat qui la subventionne, ce sont des comités (les Trustees) qui sont chargés de trouver des sousous pour faire fonctionner les musées (et le mécénat est TRES developpé). Donc on peut se permettre de ne pas faire payer les visiteurs parce que les sousous entrent par ailleurs.
    Chez nous, c’est l’Etat qui donne les sousous. Autrement dit il en donne le minimum. Donc si un musée veut fonctionner, il a besoin de sousous qui viennent d’ailleurs. D’où les boutiques de musées. Et l’entrée des musées.
    Je pense aussi qu’un accès “gratuit” ne valorise pas une collection. Concrètement, même si le musée est gratuit, les gens n’iront pas forcément voir. C’est l’importance de la collection ou de l’exposition qui va attirer le monde. L’égalité c’est pas la gratuité, l’égalité c’est que tout le monde ait envie d’aller au musée et ce spontanément. Ce qui chez nous, n’est pas gagné.
    Après s’il faut payer un petit truc, les gens vont payer. Surtout que dans notre beau pays, on a créé les “pass”. Ca j’aime bien. Tu payes un prix symbolique et ensuite tu vas voir les oeuvres autant que tu veux.
    En Belgique, l’entrée est gratuite et tu peux donner si tu veux. Je trouve ça bien aussi.
    Bref je dis ça mais de toute façon je suis comme tout le monde, quand on me demande 2 euros pour entrer dans le déambulatoire de St Sernin, je refuse de payer et je me tortille pour voir à travers la grille d’entrée ^^’

  2. En repassant par ici pour voir s’il y avait du mouvement (no comments), je tenais à dire que la pierre me fait penser à un gros croissant mal cuit.

    Voilà, c’était le commentaire spirituel du jour ^^’

  3. Sans aller jusqu’à la gratuité, ce serait déjà bien de voir le tarif étudiant généralisé. Parce que l’autre jour j’ai été voir une expo de peinture et la dame au guichet elle me sort que le tarif étudiant n’est accordé qu’aux étudiants en art…:-/ Alors bon je chipote peut être mais quand même !! C’est un peut du foutage de gueule je trouve.

    “N’importe quel littéraire qu’un rien de culture scientifique ne dégoûte pas trop. ”
    Oulala mais attention tu va finir par croiser à la physique ! Fait gaffe ! :p

  4. entièrement d’accord sur le tarif étudiant!!! le Louvre était gratuit pour les étudiants à ma connaissance, jusqu’à ce que j’y amène mes potes et me ridiculise parce que ça ne l’était plus, sauf s tu étudies l’art!!!
    et je connais pas le système belge, mais alors en quoi est-il mieux que le système anglais? A Londres aussi, tu peux faire une donation…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :