La France n’a et n’aura jamais de plus mortels ennemis que les Français exilés. (Montesquieu)

S’il vous prenait l’envie de chasser le Français à Londres, sachez tout d’abord que c’est un gibier extrêmement courant en ces lieux. Le Camarade Président aurait-il annoncé son intention d’envahir la perfide Albion ?

Comment repère-t-on le Français en goguette ?

Il n’y a que lui qui parle dans le métro. Si possible de choses embarrassantes (sexualité baveuse ou bouton purulent), parce qu’il est persuadé d’être le seul à comprendre. Erreur fatale, puisqu’il est entouré de compatriotes. Ce n’est donc pas ici non plus que vous pourrez lire Cosmo sans rougir.

Hier, je me suis perdue promenée aux alentours du Jubilee Bridge. La Tamise était immense et calme, d’un côté se reflétaient les lumières bleues du London Eye, de l’autre, une lueur dorée mettait en valeur la couronne verte de Big Ben. C’est magnifique, on se sent tout petit et on se dit que c’est dommage de n’avoir personne avec qui partager ce moment.
Londres est une ville terriblement romantique.
Avez-vous déjà vu des Anglais s’y embrasser ?
Moi non plus.
Mais alors, qui sont ces gens qui s’y respirent le coeur et se goûtent l’âme du bord des lèvres ? *
Et voilà : vous avez découvert pourquoi on dit “french kiss”.

Le baiser de la gare de St Pancras

Les Anglais, c’est à se demander comment ils se reproduisent. Ils ne s’embrassent pas, ils ne draguent pas, et vous ne ferez jamais la différence entre un couple et deux collègues de boulot.
Tandis que les Français…
– Tiens, tu vois qu’elles ne sont pas si moches, les Anglaises !
Je me suis retournée et je lui ai dit merci. ^^

J’ai toujours pensé que quelqu’un de perdu se dirige systématiquement vers le pékin le moins susceptible de lui indiquer le chemin. Je ne sais pas, une loi de Murphy, ou simplement le fait que c’est la seule personne qui marche au même rythme que lui.
A Londres, vous croiserez des tas de Français toujours aussi discrets s’écriant :
– Non mais ça fait 4 fois qu’on passe devant ce bâtiment… Tu crois pas qu’on devrait demander notre chemin ?
C’est peut-être par instinct, histoire de sauver l’honneur en ne laissant pas paraître devant les locaux qu’ils ne sont pas capables de s’en sortir tous seuls, qu’ils se sont dirigés vers… Moi.

* Copyright Edmond Rostand. Encore quelque chose que j’aurais adoré trouver moi même…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

monde flottant alan spence thomas glover

Le monde flottant, par Alan Spence : un gaijin écossais à la conquête du Japon des samouraïs

C’est un beau livre dont l’intrigue se place quelque part entre le roman d’aventures, l’épopée …

2 commentaires

  1. “souvenirs souvenirs” (lalala) ici c’est un peu différent, mais le fait reste que le francais est bel et bien le francais 🙂

  2. Haha, c’est vrai que les touristes ont tendance à demander leur chemin aux gens encore plus perdus qu’eux ^^ Vécu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :