A frenchwoman in London

Landing in London – Three Doors Down :

[youtube=http://fr.youtube.com/watch?v=qWyWcKlypds]

Une vingtaine de kilomètres au sud de Paris, environ 7h30.
Papounet a décrété qu’il s’agissait de l’heure la plus tardive à laquelle nous puissions (j’avoue. J’ai hésité avec “nous pouvions”. 2 jours à l’étranger et je ne maîtrise déjà plus ma langue maternelle. Le pire étant que je ne maîtrise pas davantage celle de Shakespeare… Dont acte ^^’) nous lever. Et il s’est avéré qu’il avait raison. Car malgré une certaine habitude des départs, je suis toujours aussi nulle en valises. Si je n’avais pas ressenti le besoin impérieux de mettre de la crème sur mes mains, j’aurais oublié mon sac à main (donc le billet sans lequel, fatalement, pas de départ) et ma brosse à dents comme une vraie débutante. De l’utilité d’être futile, parfois ^^

Nous sommes donc arrivés juste à temps pour l’enregistrement. Car oui, prendre l’Eurostar, c’est comme prendre l’avion : contrôle du passeport, zone d’embarquement réservée aux voyageurs donc vous précipitez les adieux aux proches, et enregistrement des bagages, sauf qu’à l’aéroport, vous n’avez plus à vous soucier de vos nombreuses et lourdes valises jusqu’à l’aterrissage. Pour ce qui est de l’Eurostar, vous vous les traînerez bien encore sur quelques kilomètres qui restent jusqu’à votre voie, puis voiture (car évidemment, vous avez hérité de la voiture touuuuuuuuut au bout du quai).
J’ai pris un peu de temps pour souffler, et appelé les personnes que je laissais derrière moi avec la ferme intention de leur dire combien elles allaient me manquer.

Quelque chose comme 5 minutes après avoir raccroché et réalisé que je n’ai pas dit les trois quarts du tiers de ce que je ressentais, mais uniquement des platitudes, j’en suis arrivée à la surprenante conclusion que les gens vous manquent davantage quand vous ne les avez pas vus d’une semaine, mais que vous n’avez aucune idée du moment où vous pourrez les revoir, que lorsque vous ne les avez pas vus pendant plusieurs mois, mais que vous êtes sûrs de les voir à une date précise.
Remarque suivante : plus je tiens à quelqu’un, et moins je suis capable de le dire. Navrant, n’est-ce pas ? Mais je me soigne.

Que dire du voyage en Eurostar?
Que ce n’est pas lui qui vous aidera à réaliser que vous avez quitté le pays.
Moi en tout cas, j’étais entourée d’un groupe de jeunes gays particulièrement exhubérants, qui comparaient les faux cils de Rihanna et Christina dans Closer, et d’une petite fille fermement agrippée à ma jambe qui entendait bien ne pas la lâcher pour rejoindre sa mère.
Ce n’est que lorsque l’on commence à apercevoir le paysage industriel typique de l’Angleterre que l’on pense “oh mon Dieu… Cette fois je suis toute seule… Pas de parents, pas d’amoureux, pas d’ami pour te sauver la mise cette fois!”

Mais ma foi, j’ai survécu toute seule assez longtemps pour arriver à bon port, où on m’a accueillie avec un repas français.
Ca doit être écrit sur mon front à l’insu de mon plein gré : “je suis française, au secours”.
Parce que j’ai fait mon trajet couvée du regard par des tas de britanniques des plus serviables, “Are you alright? Do you need some help?”, que si j’étais pas française et donc parano y en aurait bien eu un qui aurait traversé la moitié de Londres avec mes valises à la main.
Mais en échange, je dois tenir mon rôle de Française.
Donc supposée avoir des talents innés d’oenologue et deviner quel est le vin qu’on me sert.

Un “Côtes du Rhône”.

Entre vous et moi, j’ai triché… Il y avait le département d’origine sur l’étiquette 😉 Mais ne me trahissez pas, j’ai fait mon petit effet en le déclarant avec assurance après avoir goûté :p

Et surtout, je suis censée aimer le fromage. Du camembert Président, of course, jusqu’ici tout va bien.
Mais entier.
Mais cuit au four.
Mais accompagné de pain frotté d’ail.
D’un coup, on relativise le fait que son amoureux soit de l’autre côté de la Manche. Au moins n’a-t-il pas à subir l’haleine de chacal en décomposition qui en résulte.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

Passer une bonne journée au bureau, c’est possible, par Caroline Webb

Dans ma jeune carrière, j’ai toujours travaillé comme community manager. En revanche, j’ai exercé mes …

2 commentaires

  1. Hey mais où sont les girafes ???

    Voilà sinon contente de te savoir bien arrivée… je note le coup de la crème pour les mains anti-oubli de billet parce que je vais en avoir SACREMENT besoin moi dans 5 mois.

  2. J’espère que tu ne rateras pas l’occasion de goûter à leurs fish ‘n’ chips !! =D Ce serait comme manquer une tartiflette au marché de noël….De quoi ? Londres c’est féerique ? ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :