Comme une envie d’After Eight

La 3ème année, c’est un tournant dans la vie de tous les sciencepoteux, quelle que soit la voie qu’ils aient choisi.

Contrairement à l’adage, ce sont les meilleurs qui sont partis en dernier…

Laissant votre dévouée bloggeuse dans l’état de “celle qui reste”. C’est donc moi qui ai hérité des victuailles que R2D2 ne pouvait pas emporter dans ses lointaines contrées nordiques, et dont une bonne partie lui avait été transmise par Messire Du Pâté.

Ou comment on se retrouve avec 5 paquets des farines les plus variées : d’épeautre, bio, fluide… Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir en faire sans four???

Bref. Je suis une grande consommatrice de thé (ce qui me vaut les moqueries de mes nouveaux collègues qui carburent tous au café), et je suis d’ordinaire assez aventurière pour ce qui est d’essayer de nouvelles variétés, surtout lorsqu’il s’agit de la marque Twinings qui ne m’a jamais déçue.
Sauf que là, j’ai goûté mon legs avec méfiance…

thé choco menthe

Ben oui, moi le thé à la menthe habituellement, c’est pas ma came. Quant à recréer le goût du chocolat dans un thé, j’étais circonspecte.
Et là, régression. Je me suis souvenue des After Eight…

after eight

Vous savez, ce fin carré de chocolat fourré à la menthe, apparemment inoffensif à la description, mais surprenant au goût, pour finir par déclencher une addiction inattendue. Les Anglais ont le chic pour ce genre d’approche.
Brutalement, j’ai eu envie d’envoyer une invitation à tous mes amis pour les convier à déguster du bout des dents des friandises typiquement britanniques pour rêver à voix haute d’une prochaine aventure londonienne…

Le pire, c’est que je ne suis pas seule. Les fondus d’After Eight sont partout. Il y a un cocktail After Eight, un mille-feuilles after eight, des muffins after eight… Ils ont même leur fan-club!

Un After Eight, ce n’est rien de moins qu’un petit morceau de cet indescriptible charme britannique. C’est forcément irrésistible.

Jeu

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

monde flottant alan spence thomas glover

Le monde flottant, par Alan Spence : un gaijin écossais à la conquête du Japon des samouraïs

C’est un beau livre dont l’intrigue se place quelque part entre le roman d’aventures, l’épopée …

Un commentaire

  1. des crepes camille! des crepes! (et la confitures te sera utile) faut q tu t’entraines, pcq ds 2ans, c toi qui ns organise la chandelleur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :