Songe d’une Nuit de Fourvière

Acte I : Camille et ses petites contrariétés

Le beau temps qui a fait mentir la peu prometteuse météo a été le seul heureux présage à mon arrivée à Lyon. Ma chambre à l’hôtel des Artistes (quelque peu onéreux,mais j’avais fait l’investissement pour être en mesure de joindre le vieux Lyon à pieds. La suite des événements a prouvé que j’ai bien fait ^^’) n’a pas été faite. Heureusement que le personnel est serviable.

En attendant de pouvoir me rafraîchir, et après mes heures de TGV, ce n’est pas du luxe, je vais déjeuner dans un des nombreux restaurants rue Mercière. Mon porte-monnaie a choisi le St Joseph… Pour 11 euros 10, mon repas s’est composé d’un faux filet au St Marcellin nerveux et d’un clafoutis un peu trop sec, avec d’un côté une famille qui se nourrissait d’escargots malodorants et a estimé “que cela faisait une bonne adresse à recommander à Tata” (je n’ose pas imaginer la qualité de la cuisine de l’intéressée, puisque la gamine a trouvé que c’était meilleur que chez sa Tantine…), et de l’autre, 2 bonnes femmes tout ce qu’il y avait de plus désagréables, qui estimaient devoir être servies avant moi et ont parlé avec moult détails appétissants des symptomes de leurs allergies respectives. Bref, si vous n’êtes pas difficile et un peu radin, c’est à vous de voir.

Acte II : Contre mauvaise fortune, bon coeur

J’ai ensuite traversé la Saône et re-visité la somptueuse basilique de Fourvière (vous croyez qu’on peut s’y marier?). Vu que Nardone, dont j’avais entendu parler comme le meilleur glacier de Lyon, était archi-comble, j’ai déniché une place à l’ombre en terrasse du Savannah, un salon de thé sur la place du change, et je crois que je n’y ai pas perdu au change, justement. Serveur adorable qui s’en est tiré avec un pourboire royal, coupe de glace joliment présentée pour un prix abordable (et il s’avère que l’association figue-banane est tout à fait délicieuse) et moineaux qui venaient se poser sur le petit olivier autour duquel voletaient des papillons… Vraiment charmant.

Acte III : Still Waiting

C’est vers 17 heures que je me suis décidée à rôder autour des théâtres romains où se déroulait le concert… J’ai pris le soleil, visité les lieux de fond en comble, et surtout… Attendu. Aux environs de 18h30, une petite file s’est formée devant l’entrée -qui avait été fermée aux touristes entretemps. Impossible, donc, à mon grand regret, d’assister aux répétitions. Je me suis assise au milieu de fans des Clash vêtus de tee-shirts à leur effigie, de versions anglaises et masculines de moi suivant tous les projets de Damon Albarn, et de Lyonnais qui assistaient à toutes les soirées du festival qui leur semblaient valoir le coup (à ce sujet, je regrette toujours de ne pas pouvoir faire le doublé avec Elvis Costello…Snif…)
L’attente valait la peine, puisque je me suis, une fois de plus, retrouvée dans la fosse – si on peut parler de fosse dans un théâtre antique –  juste devant la scène. Je crois que j’aime les barrières.

Encore une bonne heure d’attente où je me suis inquiétée du ciel qui virait au gris, la pluie risquant de faire annuler le concert, et ai discuté avec un Lyonnais fan de Duran Duran et qui a déjà vu Damon perdre son pantalon en tournée pendant la grande époque de Parklife où les membres de Blur se faisaient un devoir de faire la moitié de leurs concerts complètement bourrés – j’aurais aimé voir ça.

Acte IV, scène 1 : The Servant

A 21h30, les Servant sont entrés en scène. A ce que j’ai pu entendre dans le public, la plupart ne les connaissaient pas, et certains estimaient que c’était une drôle d’idée de les programmer en première partie de The Good, The Bad and The Queen. Personnellement, j’étais ravie : 2 de mes groupes préférés pour le prix d’un!

Je me demandais toutefois ce que les Servant allaient donner en concert, sachant qu’un bon album ne fait pas forcément une bonne performance sur scène et que la voix du chanteur peut monter dans des aigus impressionnants. J’ai été agréablement surprise, et je suis persuadée qu’ils se sont fait un paquet de nouveaux fans ce soir-là.

Dan Black est complètement barré, c’est un vrai showman avec un déhanché démentiel, il parle français à merveille et nous a fait rire à plusieurs reprises. Ils ont interprété des titres du dernier album, bien sûr, tels que “Hey Lou Reed” mais aussi repris ceux du premier.


The Servant – Hey Lou Reed
envoyé par RecallGroup

Si Orchestra est sans doute leur plus gros succès, c’est à mon avis Liquefy qui a marqué le public ce soir-là. A la fin de leur prestation, tandis que les techniciens préparaient la scène pour le passage de GBQ, beaucoup chantaient encore “wo-ho-oh-oh”…


The Servant – Liquefy
envoyé par leakcim56

Acte IV, scène 2 : God bless The Good, the Bad & the Queen

Ce coup-ci, ce n’était plus Simon Tong que j’avais juste devant moi… Mais l’inénarrable, l’irremplaçable Paul Simonon. J’aime toujours autant voir le petit point incandescent de la cigarette qu’il allume dans la nuit telle une lueur d’espoir, et qui se consume ensuite sur sa basse comme une fidèle compagne. Paul Simonon est le meilleur ambassadeur qu’un vendeur de tabac puisse trouver : à le regarder, j’en aurais presque envie de me mettre à fumer.

Il est venu plusieurs fois se poster devant moi, si près que j’aurais pû le toucher, ce que je me suis bien gardée de faire. Un type derrière moi a crié “West London” et l’a fait sourire. Je n’irai jamais voir les Clash en concert. Mais j’ai vu Paul Simonon sur scène et pendant une nuit, j’ai eu l’impression d’être en tête à tête avec un mythe.

En revanche, de là où j’étais, je n’ai pas vu une seule fois Tony Allen derrière sa batterie, snif.

Damon est également venu rendre une petite visite de près au côté droit de la scène, je vous dispense de la description de mon état cardiaque. Il a déclaré que l’endroit était magnifique et que Lyon était fantastique, ce pour quoi je l’approuve totalement, mais Lyon n’a jamais été aussi grandiose que ce soir-là.

History song résonne toujours en moi comme le jour où j’ai écouté GBQ pour la première fois, Behind the Sun est toujours aussi féérique en live, et je suis sûre que le dernier morceau instrumental conte une belle histoire que je donnerais cher pour que Damon me raconte lui-même. De la première minute, jusqu’au compte à rebours final – habituellement, le nombre de jour de la date, mais pour simplifier, Damon a choisi 7- en français s’il vous plaît, avant qu’ils ne quittent définitivement la scène, j’avais l’impression d’être là où je devais être. Tout simplement.

 

Le flyer

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

Lola Bensky par Lily Brett : stars du rock, antisémitisme et problèmes de poids

Je m’attendais à autre chose de la part de ce livre : un hymne rock’n’roll …

6 commentaires

  1. Une bonne journée en fin de compte. Faudrait que je me procure un album de TGTB&TQ pour voir ce que ca donne, tiens.

  2. Eh ben, c’est bon, t’as récupéré toutes tes facultés ? Tu ne vas pas garder de séquelles d’une nuit pareille au moins ?

  3. Alors pupuce…T’as le cafard ? j’ai lu ça chez Majolo. J’ai proposé mes services pour te retaper…que des calins.
    Tu vas rire, je n’avais jamais écouté un morceau des Servant…et ils ont gagné un fan ! J’ai flashé sur Heu Lou Reed.
    Comme quoi, il n’y a pas d’âge pour aimer la musique…

    Le Scrib de l’époque crétacée

  4. hé ben, ça c’est de la belle histoire. En effet, j’avais l’impression d’être avec toi …
    tu as du te régaler

  5. Merci pour ce compte rendu qui m’a presque donné l’impression d’avoir été présente ce soir là!! Je suis lyonnaise et ça fait des années que j’attends que Damon passe par chez nous avec n’importe lequel de ses projets, et voilà qu’il opte pour l’été où je suis en Australie!
    Heureusement j’ai pu les voir en février à Paris…
    Bref, merci encore d’avoir raconté cette expérience, ça remonte le moral! 😉

  6. La billetterie des Nuits de @fourviere a ouvert. J’y étais en 2007 pour The good, the Bad & the Queen, MAGIQUE http://t.co/DjGCKekYkA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :