Tout ce qui est britpop n’est pas d’or

Aujourd’hui est mon jour off, enfin, presque (croyez-moi si vous voulez, je n’ai pas pu me retenir de travailler. Dingue.). Je vous devais bien un billet.

Dans le prétendu genre musical susnommé, peu pertinemment étendu à tout ce qui était anglais dans les années 90, je serai sciemment non exhaustive.

Je me passerai donc ici de comparaisons hasardeuses qui me forceraient à évoquer certains groupes pour lesquels j’éprouve une aversion tout ce qu’il y a de plus puérile (n’insistez pas… Je vais vous dire des choses que je vais aussitôt regretter!).

Je vais donc me contenter d’évoquer Sleeper comme si le groupe avait existé en dehors de ce contexte artificiel tout droit sorti de l’imagination machiavélique de journalistes avides de luttes fratricides pour la 1ère place du top 50 et de rivalités entre leaders de bands à grands coups de phrases assassines (nooon, Camille, au nom de Stop Crying your heart out, tu ne citeras point le blasphème ultime des frères Gallagher!!! d’ailleurs pour ne pas voir leurs sales têtes, je mettrais pas le clip, yek yek! :p ).

Je vous avais promis une transition finement trouvée après Blondie? Voici la reprise d’Atomic. Dans la bande originale de Trainspotting, au moment où le héros -si l’on peut dire- tombe amoureux d’une jeune femme qui ressemble d’une façon troublante à Louise Wener, l’égérie de Sleeper, brune pétillante aux cheveux courts.


Trainspotting – Atomic
envoyé par Kmilleg

Des critiques (j’ai l’impression de faire un billet sur les journalistes musicaux, sans lesquels on pourrait croire que tout irait pour le mieux dans le meilleur des petits mondes qu’est la pop music… Que Rolling Stones et les Inrocks me pardonnent!) ont reproché aux autres membres de Sleeper de briller par leur absence de charisme, en contraste avec la personnalité magnétique de leur chanteuse… En est sortie l’expression “sleeperbloke”. Il paraît que le groupe l’a récupérée telle un slogan sur un t-shirt qui s’est, dit la légende, fort bien vendu!


SLEEPER – INBETWEENER
envoyé par huntylch

Le groupe s’est malheureusement séparé en 1998. Encore plus triste, on ne trouve pas facilement sur le web de quoi vous faire écouter en toute légalité les dizaines d’autres excellentes chansons qu’ils ont produites, notamment Statuesque.

Heureusement, il reste des bonnes nouvelles : pour la belle Louise, paraît-il supportrice de West Ham 🙂 ,la vie continue, bien remplie par sa nouvelle carrière d’écrivain et de… Maman.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

Lola Bensky par Lily Brett : stars du rock, antisémitisme et problèmes de poids

Je m’attendais à autre chose de la part de ce livre : un hymne rock’n’roll …

Un commentaire

  1. moi j’etais fan de Suede 🙂 ah les années 90…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :