A ticket to ride

La 1ère chose à laquelle nous avons été confrontées à Londres… Les transports.

Mind the gap! ;)

Bon à savoir:

  • Le métro à Londres ne fonctionne pas comme à Paris. Le sens ne vous est pas indiqué par le nom du terminus de la ligne, mais par sa direction Nord, Sud, Est, Ouest… Une fois qu’on a compris, cela paraît presque plus logique. Encore une chose dont il faut se méfier : le même quai peut abriter plusieurs lignes. Vérifiez que vous prenez bien la bonne ligne sur les affichages électroniques (circle line, district line, etc.)
  • Si le métro s’arrête effectivement après minuit, certains bus fonctionnent encore. Parole d’inconsciente qui a failli rentrer à pieds et à pas d’heure de son concert ^^’ Mon chauffeur n’a pas été trop sourcilleux sur la validité de mon ticket, mais bon, si vous prévoyez de rentrer tard, pensez que vous ne pourrez plus en acheter…
  • La Day travelcard couvre les zones 1 et 2 qui vous permettent de vous promener à volonté dans la plupart des endroits intéressants de Londres, en bus (y compris le fameux bus à 2 étages, si comme Yasmina vous êtes un fétichiste des objets typiques 😉 ) comme en métro, pour une petite livre de plus qu’un aller simple de zone 2 vers zone 1. C’est la clé de la liberté!
  • Londres fait 4 fois la taille de Paris. Pas étonnant que des lignes entières de métro ne fonctionnent pas parfois. Mais préparez-vous à galérer si cela vous arrive. Moi, j’ai été bonne pour un bon quart d’heure d’engueulade bien méritée sur ma froideur de Française (non, mais c’est pas ma faute si on m’a toujours appris à me méfier des messieurs louches! A Toulouse, c’est rarement pour aider les touristes qu’on arrête les gens dans la rue!). Reste que les anglais, tant pour indiquer le chemin que pour nous prendre en photo… Aucun n’a refusé de nous aider.
  • Au bout d’une journée dans les transports londoniens, impressions :

– Vous me direz qu’on a rarement vu une ambiance de folie dans aucun métro au monde, mais là, vous sentez carrément le contraste entre vos gesticulations et discours de Français exubérants et la tronche de jour sans pain des locaux. Reste que le métro est propre, moderne, et qu’on relativise bien vite notre volubilité une fois qu’on a rencontré (subi?) un groupe d’Italiens, à côté desquels nous autres frogs sommes des modèles de mesure.
– Vous ne vous en rendez pas compte tout de suite, mais en vous lavant ou vous mouchant, vous avez une sorte de pellicule grise qui colle à chaque pore de votre peau. Au bout de 3 jours, vous êtes complètement desséché. Ca doit être le smog.
– Les “Keep the left” dans les escalators sont pieusement observés par les Anglais, sauf rares exceptions.

Marble Arch

Un bus à 2 étages du côté de Marble Arch, je crois, où nous nous sommes promenées à pieds en suivant à peu près la ligne de métro vers Oxford, sous un temps un peu pluvieux vendredi.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

#Onsème pour sauver les abeilles… Même sur son balcon !

Qu’il s’agisse de se mobiliser contre le cancer avec l’Institut Curie, ou aujourd’hui avec l’Observatoire …

2 commentaires

  1. dans la catégorie transport, je rajouterais : look right/look left… par ailleurs, je trouve que l’engueulade meriterait plus de details :p

  2. ahh le célèbre mind the gap… j’avais mis un certain temps à le comprendre celui là^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :